Lévis délie les cordons de sa bourse pour les rues

Le maire Gilles Lehouillier... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le maire Gilles Lehouillier

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Lévis donne un coup de barre pour retaper ses rues et ses trottoirs et éviter la dégradation annoncée de son réseau routier.

En 2015, le conseil municipal de Lévis a décidé d'investir 12 millions de dollars dans la réfection de ses infrastructures routières. C'est le double du montant dépensé en 2013. S'ajoutent 3 millions $ pour repaver des rues éventrées en raison de travaux souterrains.

L'augmentation était nécessaire, a plaidé hier le maire Gilles Lehouillier. Sans effort supplémentaire, la proportion de chaussées en mauvais ou très mauvais état aurait bondi de 21 % actuellement à 41 % en 2024. «On s'en allait directement sur le mur», a-t-il illustré lors d'une conférence de presse.

Les millions de plus permettront de conserver les acquis, mais pas d'améliorer la situation. M. Lehouillier ne s'en inquiète pas. Un taux de 20 % de chaussées en mauvais état est jugé acceptable, précise-t-il. À titre de comparaison, la proportion est légèrement plus élevée à Québec, où le maire Régis Labeaume a pourtant investi massivement dans le réseau routier ces dernières années.

Pour la première fois en 2015, Lévis a déterminé ses priorités en se basant sur son nouveau plan directeur des chaussées, qui classe les rues en fonction de leur état après un examen minutieux. Les choix ne sont plus géographiques ni politiques : les tronçons les plus abîmés et les plus fréquentés sont réparés en premier. «Je suis content qu'on le fasse en toute objectivité», a lancé hier Mario Fortier, conseiller municipal responsable des travaux publics et des infrastructures.

C'est ainsi que le chemin du Sault, la rue de la Colombière, la route Monseigneur-Bourget et les boulevards Alphonse-Desjardins, Guillaume-Couture et Président-Kennedy se retrouvent dans la liste des artères visées pour cet été.

En pleine saison des nids-de-poule, le maire espère que ces investissements permettront d'en réduire éventuellement le nombre. Il ne démord pas non plus de la nécessité de procéder à du rapiéçage mécanisé pour réparer les sections où il y a plusieurs nids-de-poule plutôt que de boucher des trous par-ci par-là. Presque la moitié du budget de 900 000 $ destiné à la lutte contre les nids-de-poule est dépensé à cette fin. Environ 800 interventions ont déjà été réalisées à Lévis ces dernières semaines et les signalements entrent toujours. M. Lehouillier se promettait d'en faire un lui-même, hier.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer