Régis Labeaume sera éboueur d'un jour

Le nouveau règlement élaboré depuis des mois par... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le nouveau règlement élaboré depuis des mois par les fonctionnaires de la Ville de Québec prévoyait le remplacement des bacs par des sacs, mais le maire a renversé cette nouvelle mesure le temps d'une «période de transition». La confusion s'est d'ailleurs installée lundi, notamment sur la rue Saint-Jean où des sacs de plastique et des bacs étaient empilés pêle-mêle sur la populaire artère commerciale.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Régis Labeaume veut tellement se faire une idée et «mettre de l'ordre» dans la collecte des ordures et du recyclage au centre-ville qu'il jouera maintenant à l'éboueur d'un jour dans les rues du Vieux-Québec et des environs.

«J'ai demandé à mon personnel de m'organiser de l'espace dans mon agenda. Je vais aller moi-même ramasser les poubelles dans une couple de places pour voir comment ça marche», a déclaré le maire de Québec en point de presse en marge d'une annonce chez Groupe TAQ lundi matin alors que la saga des poubelles continuait.

Vendredi, M. Labeaume a dit aux citoyens qu'ils pouvaient soit utiliser des sacs ou conserver leur bac. Le nouveau règlement élaboré depuis des mois par les fonctionnaires de la Ville prévoyait le remplacement des bacs par des sacs, mais le maire a renversé cette nouvelle mesure le temps d'une «période de transition».

La confusion s'est d'ailleurs installée lundi, notamment sur la rue Saint-Jean où des sacs de plastique et des bacs étaient empilés pêle-mêle sur la populaire artère commerciale.

«Je vais me faire mon idée à moi, je vais arrêter d'écouter tout le monde et je vais trouver la solution moi-même», a lancé le maire lundi.

Ni M. Labeaume ni son cabinet n'ont toutefois précisé si les médias seraient conviés pour immortaliser cette tournée. M. Labeaume n'avait pas encore mis ses habits d'éboueur en fin de journée lundi, mais il n'est pas exclu que la visite ait pu se faire loin des journalistes.

«C'est parti tout de travers cette affaire-là. Je ne pensais pas avoir à me rendre jusque-là mais je veux savoir comment ça marche», a-t-il martelé.

Régis Labeaume demande aussi aux citoyens de lui «écrire personnellement» à la Ville ou «sur sa page Facebook» pour dire ce qu'ils pensent de la nouvelle politique en vigueur depuis lundi, mais qu'il a progressivement renversée depuis jeudi dernier.

Oubliez les nouvelles heures

En plus d'avoir dit aux citoyens de faire «comme d'habitude» concernant l'usage de bacs ou de sacs, M. Labeaume a aussi dit lundi que ceux qui le souhaitent peuvent oublier les nouvelles heures prescrites dans la nouvelle politique pour aller porter les bacs ou les sacs au chemin, soit entre 17h et 19h. «Je dis aux gens : faites comme d'habitude. Mettez vos ordures au chemin comme d'habitude et on va s'ajuster.» 

Dans les zones touchées, soit les quartiers Saint-Roch, Saint-Jean-Baptiste, Vieux-Limoilou, Montcalm et Vieux-Québec, les nouvelles modalités demandaient aux citoyens de placer leurs «vidanges» et leur recyclage au chemin entre 17h et 19h pour une collecte de soir entre 19h et 23h. Or, un contrat liant la Ville à l'entreprise Matrec empêchera toutefois de changer les nouvelles heures de collecte, prévue le soir.

Pointe au directeur

Preuve qu'il a décidé de prendre lui-même le dossier en main, M. Labeaume a semblé étonné et froissé en point de presse lundi lorsque Le Soleil lui a rapporté que le directeur de la Gestion des matières résiduelles à la Ville, Stéphan Bugay, avait accordé une entrevue sur le sujet à la radio de Radio-Canada en matinée. «Je ne sais pas ce que M. Buguay faisait là à matin», a laissé tomber le maire. «Je ne comprends pas trop. Quand je vais mettre de l'ordre là-dedans, ça va brasser», a-t-il menacé.

Alors que s'amorce une période de «transition» et «d'évaluation» pour l'usage des sacs de plastique pour les ordures et les matières recyclables, les groupes de citoyens ont continué lundi à dénoncer les nouvelles modalités pour les quartiers centraux.

Les comités de citoyens de Saint-Sauveur, Saint-Roch, Saint-Jean-Baptiste et Vieux-Québec ont publié un communiqué conjoint lundi dans lequel ils dénoncent le manque de consultation ayant mené à cette politique. Ils craignent les impacts environnementaux du retour des sacs de plastique et invitent les citoyens à faire «part de leur mécontentement à leur bureau d'arrondissement».

«On assiste à une véritable improvisation de la part de la Ville de Québec. De quoi étourdir n'importe qui vivant dans les quartiers centraux!» a affirmé Marie-Ève Duchesne du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste.

Le contrat oblige la collecte de soir

Peu importe comment et quand les citoyens mettront leurs poubelles au chemin, une chose ne pourra pas changer : le fait que la collecte se fera le soir. Le contrat avec l'entreprise Matrec est clair sur ce point, a indiqué lundi la porte-parole du dossier à la Ville de Québec, Marjorie Potvin. «On ne peut pas dénaturer le contrat», a-t-elle tranché au Soleil en indiquant que l'administration municipale a rencontré l'entreprise Matrec pour faire le point après la volte-face dans la nouvelle politique. De fait, le contrat avec cette entreprise de collecte de matières résiduelles et recyclables précise bien que les ordures seront ramassées de soir entre 19h et 21h dans les zones «denses» et tous les soirs sauf le dimanche entre 21h et minuit sur les artères commerciales. «De jour, les camions servent à d'autres choses. On ne peut pas revenir complètement comme avant car les heures doivent être respectées. Les routes des camions de l'entreprise sont faites en fonction de ce qu'on lui a donné dans l'appel d'offres», a poursuivi Mme Potvin. 

À la lumière des nouveaux propos du maire qui a invité lundi les citoyens à ignorer les heures de dépôt des ordures au chemin, elle reconnaît toutefois que la Ville fera preuve d'une certaine souplesse. Il est compréhensible, par exemple, qu'une personne qui doit quitter son domicile à 15h pour la soirée soit dans l'impossibilité d'attendre 17h avant de placer ses bacs ou ses sacs sur la rue. «Il y aura de la souplesse», a dit la porte-parole. «Les gens ne sont pas obligés de suivre l'horaire à la lettre, mais si elles peuvent, tant mieux.» 

Pour connaître les modalités de collecte dans leur quartier, les citoyens sont invités à écrire leur adresse dans la section «Info-collecte» sur le site de la Ville de Québec.

Labeaume lance une invitation à commenter sur Facebook

«J'ai presque pleuré de voir la rue Saint-Jean comme un dépotoir. Faites n'importe quoi, mais faites-le.» - Jean-François Desmeures, sur la page Facebook du maire

«C'est tout Régis. Si ça va bien c'est grâce à lui et si ça ne fonctionne pas, c'est la faute aux fonctionnaires.» - Maryse Lafleur sur la page Facebook du Soleil

«Merci de nous consulter, en effet. Je prioriserais les gros bacs à roulettes lorsque la situation le permet, car ils sont réutilisables et qu'ils sont fermés (les déchets ne s'envolent pas lorsqu'il vente).» - Ced Ric sur la page Facebook du maire 

«Rappelons-nous qu'il y a quelques années, la Ville s'est départie de tous ses équipements de ramassage d'ordures pour donner au privé l'ensemble de la tâche. Aujourd'hui, il se ramasse avec des contrats à signer dans un marché où il ne contrôle plus rien. À cause de cela, doit-il tenter de changer les façons de faire pour éviter des hausses faramineuses des contrats? [...]» - Laurent Dorval sur la page Facebook du Soleil 

«Pas de sacs svp! Trop de dégâts! Bac de recyclage aux deux semaines été et hiver et bac à vidanges aux deux semaines l'hiver et chaque semaine l'été. Merci pour votre travail M. Labeaume.» - Julie Moreau sur la page Facebook du maire

«Belle initiative M. le maire!» - Francis Tremblay sur la page Facebook du maire

«Gardons les bacs SVP, les ratons laveurs sont très présents la nuit dans l'arrondissement de La Cité, près du cap. Les sacs ne survivront pas à leurs assauts.» - Olivier Auriol sur la page Facebook du maire

«Chapeau, très fière de vous! Les bacs doivent demeurer. Imaginez, M. Labeaume, le recul qu'on fera si on retourne aux sacs. Dans la vie, on avance, qu'en pensez-vous? Merci.» - Suzanne Tremblay sur la page Facebook du maire

«On se croirait retourner il y a 40 ans avant les bacs. C'est n'importe quoi!» - Yves Baribeau sur la page Facebook du maire

«Moi, je préfère descendre les sacs bleus de mon troisième étage qu'un bac bleu, surtout que souvent, j'ai aussi une sacoche, un sac à lunch et des talons hauts. Plus sécuritaire pour moi.» - Phyllis Smith sur la page Facebook du maire

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer