Feu vert de Québec au Diamant de Robert Lepage

Robert Lepage... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Robert Lepage

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après plusieurs mois d'incertitude, la participation financière du gouvernement du Québec de l'ordre de 30 millions $ au projet «bonifié» de théâtre Le Diamant de Robert Lepage est désormais acquise.

C'est du moins ce qu'a assuré en début d'après-midi samedi la ministre de la Culture, Hélène David, lors d'une conférence de presse au Palais Montcalm.

«C'est une grande journée pour la culture à Québec», a lancé Mme David, qui a parlé d'«heureux dénouement» pour le projet du metteur en scène.

«Ce n'est pas l'implantation d'un nouveau wagon, mais d'une locomotive», s'est pour sa part réjoui Robert Lepage. «C'est un projet qui va profiter à plein de gens.»

«On est convaincus que [le public va] suivre», exprime le metteur en scène, qui précise que la baisse d'achalandage qui affecte présentement le monde du théâtre ne s'est pas produite avec Ex Machina. «Les gens veulent des valeurs plus sûres quand ils ont moins d'argent. On pense qu'on est une garantie de qualité.»

Le projet bonifié comprend entre autres une nouvelle collaboration avec le Carrefour international de théâtre, la Société des Arts Technologiques, ainsi qu'avec l'École de cirque de Québec. La relève culturelle y trouvera également son compte, car Le Diamant présentera notamment des classes de maîtres en collaboration avec le Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec.

L'ouverture du Diamant est désormais prévue pour 2017. «Tout est un peu chamboulé pour l'instant [...] il y a eu un retard du projet de six mois», explique Robert Lepage, qui dit ne jamais avoir douté de sa survie. «Il fallait laisser une chance au gouvernement de prendre connaissance de ses dossiers. On a été patients, mais ça n'a pas trop traîné en longueur.»

Une naissance compliquée

L'incertitude entourant la participation financière du gouvernement du Québec dans le projet de théâtre Le Diamant dans l'immeuble de l'ancien YMCA à la place d'Youville plane depuis près d'un an. En 2012, les libéraux de Jean Charest avaient promis 30 millions $, une somme à nouveau offerte par les troupes péquistes dirigées par Pauline Marois.

Lors de sa campagne électorale au printemps dernier, celui qui allait devenir premier ministre, Philippe Couillard, s'était aussi montré favorable à piger dans les coffres de l'État pour voir naître ce nouveau projet multidisciplinaire de 60 millions $ au coeur du Vieux-Québec, qui comprend une salle de spectacle de quelque 600 places.

Or, les sommes n'ont pas été prévues dans le premier budget de Québec présenté peu de temps après. Puis, peu avant Noël, une dépêche de La Presse Canadienne annonçait que le gouvernement avait enterré l'idée de délier les cordons de sa bourse pour le futur théâtre Le Diamant.

Récemment, le premier ministre et sa ministre de la Culture avaient plutôt laissé entendre le contraire, promettant sous peu une annonce.

La Ville de Québec doit de son côté investir 7 millions $, a réitéré le maire de Québec, Régis Labeaume, qui croit que le projet bonifié va redynamiser le Vieux-Québec. «On devient une ville attrayante quand on a une masse critique d'attraits», dit le maire, qui prévoit de grandes choses pour le secteur.

«C'est sûr qu'on investit dans le génie de Robert Lepage, mais très honnêtement, le 7 millions $, on l'investit dans l'urbanisme et dans le développement économique», explique le maire, qui croit que la nouvelle salle de spectacles devrait être profitable pour les commerçants du Vieux-Québec.

La participation financière de la Ville est cependant conditionnelle à l'atteinte de l'objectif de 10 millions $ par le privé. Cette campagne est dirigée par la présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Monique Leroux, et le président de BMO Groupe financier, Jacques Ménard. Le montage financier devrait être complété par une participation du fédéral non confirmée à la hauteur de 7 millions $ et par la vente d'espaces commerciaux. Avec la Presse Canadienne

****

D'autres heureux

Le feu vert au projet du Diamant a fait bien des heureux samedi, dont la directrice générale et artistique des Gros Becs, Louise Allaire, qui prévoit occuper ses nouveaux locaux dans la Caserne Dalhousie d'ici deux à trois ans. La compagnie de théâtre doit emménager dès qu'Ex Machina sera installée dans ses nouveaux locaux. «Si le Diamant ne fonctionnait pas, la Caserne ne se libérait pas», explique Mme Allaire, qui ajoute que quand Ex Machina va être prête, ils le seront aussi. La Caserne, qui pour le moment est un «centre de production», devra être réaménagée en «centre de diffusion», explique Mme Allaire. «On veut l'agrandir, pour qu'il y ait une salle de 325 places.» La Caserne sera financée par le ministère de la Culture, qui a annoncé 10 millions $, par la Ville, à la hauteur de 850 000 $, et avec l'aide de partenaires privés. «Notre accord de principe est encore valable avec le ministère de la Culture», précise-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer