Sainte-Brigitte-de-Laval: les contrats scrutés par les Affaires municipales

Sainte-Brigitte-de-Laval... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Sainte-Brigitte-de-Laval

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) Le ministère des Affaires municipales passe au peigne fin la gestion de l'octroi de contrats par la municipalité de Sainte-Brigitte-de-Laval.

La porte-parole du Ministère, Émilie Lord, a confirmé au Soleil que depuis le printemps dernier, le Ministère a un oeil sur Sainte-Brigitte-de-Laval et réalise actuellement une vérification administrative sur «l'octroi de contrats et autres aspects de l'administration municipale». 

L'équipe du vérificateur nommé par le Ministère a visité les bureaux de la municipalité à deux reprises pendant plusieurs jours au cours des derniers mois, a-t-on appris. La dernière visite remonte à environ trois semaines. La vérification s'étendrait sur les deux dernières années, selon nos informations.

Aucune plainte n'est cependant en cours de traitement, a souligné MmeLord. Le Ministère peut choisir de procéder à une vérification dans une municipalité pour diverses raisons. Cela peut être à la suite d'une plainte ou d'une information transmise, ou encore de façon tout à fait aléatoire. Cela peut aussi être parce qu'il soupçonne des irrégularités. 

Émilie Lord n'a pas pu préciser la raison précise de la venue du vérificateur à Sainte-Brigitte. À la municipalité, la nouvelle directrice générale par intérim, Audrey Beaulieu, affirme que cela fait suite à un avis donné par le Ministère au directeur général de l'époque, Daniel Pelletier, et à des recommandations sur «des petites choses à changer». «On collabore avec eux. S'ils demandent à nous rencontrer, on les rencontre.» 

Divers manquements

Si aucune plainte n'est à l'étude en ce moment, le Ministère en a déjà reçu par le passé. En mars dernier, il avait transmis au directeur général Serge Demers une lettre livrant ses commentaires à la suite de ces plaintes. Le Ministère avait relevé divers manquements de procédure, mais aussi des problèmes dans l'attribution du contrat d'agrandissement de l'hôtel de ville. La municipalité avait scindé le contrat de services professionnels en deux, et ceux-ci, de 16000 $ et de 19200 $, avaient tous les deux été accordés par appel d'offres sur invitation à la firme CIMA+.

Le mandat de conception des plans et devis avait finalement coûté deux fois plus cher que prévu, soulignait le Ministère, une hausse que la Ville n'avait pas été en mesure d'expliquer. Quant à la construction, dont le mandat a été confié à Habitations Consultants H.L., elle avait coûté 180000 $ de plus que prévu, soit près de 20 % de la valeur initiale du contrat. Le Ministère demandait alors à la municipalité d'«apporter les correctifs nécessaires afin de corriger» les points soulevés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer