Grands domaines religieux: le salut par le tourisme

Johanne Elsener, présidente d'Héritage Québec, présente le plan... (PHOTO COLLABORATION SPÉCIALE, Baptiste Ricard-Châtelain)

Agrandir

Johanne Elsener, présidente d'Héritage Québec, présente le plan ambitieux pour soustraire les grands domaines religieux surplombant le fleuve au développement immobilier.

PHOTO COLLABORATION SPÉCIALE, Baptiste Ricard-Châtelain

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Héritage Québec et la Société d'histoire de Sillery espèrent toujours sauver les grands domaines religieux qui surplombent le fleuve, les soustraire au développement immobilier. À la place des condos projetés, ils proposent de développer le tourisme «culturel», «patrimonial», pour faire sortir la visite du Vieux-Québec.

La proposition n'est pas fignolée. Il reste encore à valider le montage financier, la faisabilité. Mais la présidente d'Héritage Québec, Johanne Elsener, est convaincue que les politiques devraient s'y attarder; les revenus pour les gouvernements et l'industrie seraient prometteurs : 200 millions $ par années, espère-t-on.

Pour récolter le pactole, il faudrait cependant investir gros. Car le plan est ambitieux. On aimerait créer un circuit touristique du Vieux-Québec jusque dans le Vieux-Cap-Rouge. Et tout le long, il faudrait restaurer de nombreux bâtiments et sites historiques négligés - «La plupart ne sont pas mis en valeur». Aussi, au centre du trajet seraient aménagés les vastes domaines religieux du secteur Sillery : centres d'interprétation, hôtel dans un vieux couvent, etc. En route vers l'ouest, on pourrait également arrêter à l'Aquarium du Québec.

Taxis aquatiques

Mais, les flâneurs Américains et Européens, ils sillonneraient comment ce futur parcours touristique? Sur la berge du fleuve, en taxis aquatiques qui pourraient également les déposer sur la Rive-Sud pour une saucette. Ou en vélo par la promenade Samuel-De Champlain. Au sommet de la falaise, on opterait pour un service de petits autobus.

«Nous avons le potentiel d'augmenter l'offre», avance Mme Elsener. L'objectif serait de retenir la visite une nuitée de plus, ce qui permettrait d'engranger les dollars «neufs». On estime grossièrement le gain possible à 200 millions $ de retombées annuelles.

Les militants pour la préservation des domaines religieux de Sillery escomptent réaliser une étude de faisabilité pour confirmer (ou infirmer) leurs visées. Ils sont en attente de financement. Ils aimeraient en outre pouvoir présenter leurs travaux à la mairie de la capitale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer