Une maison de chambres en zone grise

L'immeuble du 1165, chemin Sainte-Foy héberge 35 chambreurs,... (LE SOLEIL, Patrice Laroche)

Agrandir

L'immeuble du 1165, chemin Sainte-Foy héberge 35 chambreurs, alors que le règlement municipal permet un maximum de 9 chambres ou de 12 logements dans cette maison.

LE SOLEIL, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Une maison d'une cinquantaine de chambres est exploitée illégalement depuis 2010 au 1165, chemin Sainte-Foy, une situation intolérable, estime l'opposition.

Le conseiller municipal du district de Montcalm-Saint-Sacrement, Yvon Bussières, s'oppose fortement au changement de zonage pour cette maison qu'il qualifie de «clandestine». «Je suis d'accord avec une maison de 9 chambres, mais pas de 50.»

Les gestionnaires et propriétaires de l'établissement, Lysanne Beaudry et Pierre Papillon, ont demandé à la Ville en juin 2013 une modification du règlement d'urbanisme pour pouvoir continuer leurs activités en permettant l'exploitation de 50 chambres avec des espaces en commun. Actuellement, le règlement municipal permet un maximum de 9 chambres ou de 12 logements. 

Au cours des deux dernières années, 47 chambres ont été louées dans l'établissement. Pour l'heure, l'immeuble héberge 35 chambreurs, et il est toujours possible d'y louer une chambre. La moyenne des loyers est d'environ 375 $ par mois.

Lundi soir, pour une deuxième fois, le conseil d'arrondissement de La Cité-Limoilou a enlevé de l'ordre du jour le sommaire sur la demande de zonage pour la maison de chambres.

Une décision qui a déplu au conseiller municipal Yvon Bussières. «Il y a déjà beaucoup de maisons de chambres dans le secteur. Il y a l'Auberge du Cap au Nord, qui est une maison [de 20 chambres] pour les autochtones, et il y a aussi l'Auberge Michel Doyon, où il y a environ une quarantaine de chambres. Ensemble, ça fait 60 chambres et là, on demande 50 chambres de plus... ce n'est pas approprié pour cette zone. Et des maisons de 50 chambres dans la ville de Québec, il n'y en a pas.»

En moyenne, les maisons de chambres à Québec comptent entre 10 et 15 chambres. Au total, il y a environ 120 maisons totalisant environ 1300 chambres à Québec. Au mois de décembre, le conseil de quartier de Saint-Sacrement a recommandé de ne pas accepter le changement de zonage.

La responsable du développement social au comité exécutif de la Ville, Chantal Gilbert, a justifié le report de la demande de zonage en soulignant ne pas pouvoir mettre 35 personnes à la rue. «On est en train de trouver des solutions très intéressantes avec un organisme pour éviter que 35 personnes se retrouvent à la rue et soient délogées», a-t-elle indiqué lundi soir.

«Pas de la mauvaise foi»

Les propriétaires - qui possèdent aussi d'autres maisons de chambres à Québec - ont acquis l'édifice en 2010. Les premiers locataires sont arrivés en mars 2010. «Lorsque nous avons acheté l'immeuble, nous pensions qu'il y avait un droit acquis pour opérer une maison de chambres», explique au Soleil Lysanne Beaudry. «Malheureusement, la prescription au niveau du délai était tombée. Nous l'avons su lors de la visite d'un représentant de la Ville. Nous n'étions pas au courant, ce n'était pas de la mauvaise foi. Lorsque nous l'avons appris, nous avons demandé un changement de zonage pour opérer une maison de chambres avec 54 chambres.»

«Mes 35 locataires ne veulent pas être déménagés», poursuit Mme Beaudry, qui pourrait être forcée de revoir ses plans si la modification de zonage n'est pas acceptée. La femme d'affaires assure qu'il y a une demande pour ce type de logement dans le quartier. «J'ai des gens qui sont là depuis plusieurs années. J'ai 15 personnes qui sont là depuis au moins un an. La majorité des locataires ne sont donc pas des personnes en transition, mais bien des résidents du quartier. [...] Étant donné que le bâtiment est en béton, il est difficile de changer les plans intérieurs. Des travaux ont été entrepris en partenariat avec la Ville pour assurer la sécurité de l'immeuble et le rendre conforme aux normes de salubrité et de prévention incendie.»

Quant à Pierre Papillon, il comprend l'inquiétude des citoyens d'avoir une maison de chambres dans leur quartier, mais pour l'homme d'affaires, la cohabitation est bel et bien possible. «Je comprends que personne ne souhaite avoir une maison de chambres à côté de chez lui. Toutefois, ce n'est pas toutes des personnes croches qui restent là. [...] Actuellement, on perd environ 2000 $ à 3000 $ par mois avec cette maison. Notre mission n'est pas avec une rentabilité financière», conclut-il.

Lors du conseil de quartier de Saint-Sacrement au mois de décembre, plusieurs citoyens avaient manifesté leur inquiétude par rapport au possible changement de zonage. Dans le rapport de consultation publique, on peut lire qu'un citoyen, résident de l'avenue Louis-Fréchette et père de quatre jeunes enfants, avait mentionné que depuis l'arrivée de la maison de chambres, son sentiment de sécurité avait beaucoup diminué. L'homme a été témoin de gens en état d'ébriété dans la rue, de personnes avec les culottes baissées ou en train de se battre.

Un autre citoyen, voisin immédiat de l'immeuble et propriétaire d'une garderie, a mentionné que des enfants se sont fait insulter. Durant l'été, il a dû subir la présence de résidents ayant consommé une importante quantité d'alcool et des discussions agitées jusqu'au petit matin. Des batailles ont eu lieu juste de l'autre côté de sa haie de cèdres, et il a été obligé d'intervenir.

Pas d'amende pour l'instant

Malgré le fait qu'ils ont loué illégalement durant plusieurs années des chambres au 1165, chemin Sainte-Foy, les propriétaires de l'établissement, Lysanne Beaudry et Pierre Papillon, n'ont pas eu à payer d'amende jusqu'à présent. «Nous n'en sommes pas rendus là. On est dans la réflexion et dans l'analyse du dossier», soutient David O'Brien, porte-parole de la Ville de Québec. «La Ville est consciente que c'est un dossier qui touche la politique de développement social. La Ville est présentement en réflexion quant aux suites qu'elle va donner. La Ville va s'asseoir à nouveau avec les propriétaires de l'édifice. On veut prendre la meilleure décision possible.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer