La mairesse suppléante de Saint-Augustin appelle Labeaume à la «prudence»

L'hôtel de ville de Saint-Augustin-de-Desmaures... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'hôtel de ville de Saint-Augustin-de-Desmaures

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La conseillère municipale de Saint-Augustin France Hamel a officiellement été désignée comme mairesse suppléante pendant la convalescence du maire de Saint-Augustin, Marcel Corriveau. Et déjà, elle réplique à Régis Labeaume, qui promet de dévoiler des chiffres gênants concernant les finances de Saint-Augustin.

«Les "données" que le maire souhaite rendre publiques ne doivent pas être une manoeuvre de diversion pour camoufler les aberrations observées au sein de l'agglomération de Québec et minimiser la problématique de la quote-part qui a explosé de 111 % depuis 2008», peut-on lire dans un communiqué de Saint-Augustin publié hier après-midi.

Le maire Marcel Corriveau y confirme une information éventée la semaine dernière voulant qu'il prolonge son repos pour une période indéterminée.

M. Corriveau a été victime d'un malaise pendant les Fêtes et il indique dans le communiqué passer le relais à Mme Hamel, une femme «qui dispose de toute la légitimité pour prendre les décisions qui s'imposent», écrit-il.

Le maire fait aussi part de sa volonté de revenir «le plus rapidement possible» et de mener à bien les dossiers, dont celui de l'agglomération, au coeur depuis décembre d'une guerre de mots avec le maire Régis Labeaume.

Contraint d'augmenter les taxes de ses citoyens de 25 %, M. Corriveau blâme la hausse de la quote-part de l'agglomération. En 2015, Saint-Augustin versera 25 millions $ à Québec, une hausse de 111 % depuis 2008.

Le maire de Québec promet pour sa part de rendre publics les états financiers de Saint-Augustin, qu'il qualifie de «très opaques» et porteurs de «très graves et sérieuses anomalies».

Au départ, M. Labeaume disait attendre le retour de M. Corriveau avant de passer à l'action. Mais ce n'est finalement plus le cas. Jeudi, il a soutenu avoir «beaucoup de pression» de citoyens et de gens d'affaires de Saint-Augustin. «Ils nous demandent de sortir les chiffres. Les gens veulent savoir absolument ce qu'on a à dire», a assuré M. Labeaume.

Une ville «menottée»

Or, Mme Hamel invite le maire à la «prudence». «L'agglomération, c'est 55 % de notre budget, mais elle a des répercussions sur 100 % de nos leviers financiers. Le fait que la facture explose sans aucune justification nous fragilise financièrement, hypothèque notre budget de proximité et nous menotte dans notre capacité d'agir et de choisir. Aucune ville, même la mieux gérée au Québec, ne pourrait survivre au rythme avec lequel la quote-part augmente», a-t-elle déclaré.

La mairesse suppléante réitère la volonté de Saint-Augustin d'attendre les solutions proposées par le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau. «D'ici là, les échanges stériles n'ont pas leur place», a conclu Mme Hamel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer