Loi 3 : les retraités de Québec analyseront une possible contestation

Le président de l'Association du personnel retraité de... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le président de l'Association du personnel retraité de la Ville de Québec, Gaston Verreault

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les retraités de la Ville de Québec ne foncent pas tout de suite vers un recours judiciaire pour contester la loi 3 sur les régimes de retraite. Le conseil d'administration a plutôt obtenu lundi soir le mandat d'analyser toutes les options en ce sens.

«On a obtenu un mandat fort à l'unanimité pour regarder toutes les opportunités», a commenté le président de l'Association du personnel retraité de la Ville de Québec (APRVQ), Gaston Verreault lundi.

Ce dernier sortait à peine de la première assemblée générale depuis la fondation de ce regroupement en juin, dans la foulée du débat sur le projet de loi 3 sur les régimes de retraite, adoptée en décembre. Environ 400 retraités ont participé à la rencontre, selon M. Verreault. «Nous sommes très contents et très déterminés», a dit le président.

En décembre, M. Verreault avait annoncé publiquement son intention de contester la loi 3 devant les tribunaux, mais la voie à suivre devait être décidée en assemblée générale, qui se tenait lundi. Or, le CA, a-t-il expliqué au Soleil, se voit plutôt donner quelques mois pour voir comment pourrait s'organiser un recours judiciaire déjà promis par certaines organisations syndicales dont le SCFP.

Est-ce que l'APRVQ se lancerait seule dans une contestation de la loi 3? Est-ce qu'elle «embarquera» avec d'autres organisations? Tout sera exploré, promet M. Verreault.

Les chiffres de Labeaume «simplistes»

Le représentant de quelque 4000 retraités a aussi qualifié de «simplistes» les chiffres présentés la semaine dernière par le maire de Québec, Régis Labeaume, sur le déficit des caisses des employés de Québec. Le maire a soutenu que rembourser les 585 millions$ manquants «ne coûtera pas un sou» aux employés actuels et retraités car, a-t-il dit, la suspension de l'indexation automatique des rentes réglera à elle seule le déficit.

Sur les 585 millions$, 198 millions $ devront être épongés par les retraités. Ce montant sera partagé à parts égales avec la Ville pour un total de 99 millions $.

M. Labeaume s'était efforcé à minimiser l'impact en avançant que suspendre l'indexation des rentes des retraités dès 2017 ne représentait qu'environ 15$ par mois en moins dans les poches des ex-fonctionnaires dont la rente moyenne annuelle est de 36 000$.

Or, selon les calculs de l'APRVQ, la fin de l'indexation signifierait plutôt une baisse de 10 000$ après 5 ans et jusqu'à 92 000$ après 15 ans, a soutenu M. Verreault selon qui il est faux d'affirmer que la fin de l'indexation «est très peu» pour les retraités.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer