Agglomération de Québec: Moreau dit avoir peu de marge de manoeuvre

Selon M. Hamad, la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures serait... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Selon M. Hamad, la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures serait responsable à 60 % de l'augmentation de 25 % du compte de taxes en 2015.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si Régis Labeaume, Émile Loranger et Marcel Corriveau ne s'entendent pas, le ministre Pierre Moreau voit mal comment le dossier de l'agglomération pourrait se régler autrement que par un jugement du tribunal.

Après avoir rencontré séparément les maires de Québec, L'Ancienne-Lorette et Saint-Augustin-de-Desmaures, il y a une dizaine de jours, le ministre Moreau analyse toujours le dossier des dépenses d'agglomération. «On a demandé des informations additionnelles, a indiqué M. Moreau. On est en analyse là-dessus et on verra dans les prochaines semaines quelles sont les possibilités.»

Toutefois, de son propre aveu, les conclusions du ministre vaudront peu de choses si les maires ne parviennent pas à se mettre au diapason. «Comme je vous dis, on veut agir comme facilitateurs dans le dossier, a déclaré M. Moreau. S'il est possible d'amener les partis à se parler en dehors des poursuites judiciaires... Mais l'existence de la poursuite judiciaire fait en sorte qu'on peut amener le cheval à la rivière, mais on ne peut pas le forcer à boire.»

En 2011, L'Ancienne-Lorette a entamé une poursuite, à laquelle s'est jointe Saint-Augustin, contre la Ville de Québec à propos du partage de la facture d'agglomération. Les maires des villes défusionnées ont plaidé au ministre qu'ils doivent assumer une part des dépenses qui devraient être uniquement imputées à Québec. Il n'est donc pas question de mécanique, estime le ministre, mais d'appréciation du type de dépense. «Le problème est que c'est précisément la question que les deux municipalités ont posée à la cour à l'heure actuelle, dit-il. Je ne peux pas me substituer à la cour.»

Le débat sur les dépenses d'agglomération a refait surface dans l'actualité lorsque le maire Corriveau a imputé aux quotes-parts assumées par Saint-Augustin la hausse de 25 % du compte de taxes de ses citoyens.

Gestion des dépenses

De son côté, le ministre du Travail et responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, a invité le maire Corriveau à examiner de plus près ses propres livres.

«Je ne veux pas rentrer dans les détails, mais je suis sûr d'une chose, a-t-il dit. Il faut que la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures arrête la croissance de ses dépenses. Il faut qu'elle gère ses dépenses comme il faut si elle ne veut pas continuer dans la spirale des augmentations de taxe. Ça, c'est clair.»

En marge d'une conférence de presse tenue, lundi, au collège Mérici, l'homme politique, qui est aussi un citoyen de Saint-Augustin, n'a pas voulu commenter les informations dévoilées samedi par Le Soleil sur la saga du complexe sportif de cette municipalité. Une dépense de 17 millions $ pour une administration locale dont le budget en 2015 est de 54 millions $.

Selon M. Hamad, la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures serait responsable à 60 % de l'augmentation de 25 % du compte de taxes en 2015. L'autre tranche de 40 % relèverait de la croissance des dépenses de l'agglomération. «Ses dépenses, Saint-Augustin doit les bloquer et les gérer.»

Quant à l'autre partie du problème - les dépenses d'agglomération -, «nous sommes, mon collègue Pierre Moreau et moi, en mode solution», a indiqué M. Hamad.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer