L'Ancienne-Lorette: bond de 3,9 % du compte de taxes

Le maire de L'Ancienne-Lorette Émile Loranger... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le maire de L'Ancienne-Lorette Émile Loranger

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «N'eût été les frais d'agglomération, on aurait été pas pire!» C'est ce qu'a affirmé le maire Émile Loranger mardi soir lors du dépôt de son budget 2015, qui prévoit une hausse du compte de taxes des Lorettains de 3,9 %.

«On ne peut jamais être fier d'une hausse de taxes», précise-t-il, mais il assure que les Lorettains s'en tirent relativement bien. Le compte de taxes d'une résidence de 265 000 $ passera donc à 2920 $, une augmentation de 110 $. En comparaison, les citoyens de Québec verront leur compte de taxes augmenter de 1,8 % en 2015.

«Il y a deux ans, c'était nous. Cette année, c'est Saint-Augustin qui paye.»

M. Loranger fait référence à l'augmentation des quotes-parts imposées à Saint-Augustin-de-Desmaures et à L'Ancienne-Lorette dans le budget de la Ville de Québec, déposé le 8 décembre. À L'Ancienne-Lorette, ça représente des frais supplémentaires de 666 000 $, soit une hausse de près de 5 % par rapport à l'an dernier, alors que Saint-Augustin devra débourser 1,8 million $ de plus qu'en 2014.

Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Marcel Corriveau, a d'ailleurs fait une sortie publique émotive à la suite du dépôt du budget de la Ville de Québec pour réclamer «le divorce de la capitale». Une sortie que comprend le maire Loranger, mais à laquelle il n'adhère pas.

La cause des budgets d'agglomération à Québec n'en est pas à ses premiers déboires. Elle fait d'ailleurs l'objet d'un litige qui sera entendu par la Cour supérieure. C'est qu'aux yeux du maire Émile Loranger, la quote-part versée à l'agglomération ne devrait pas dépasser 40 % du budget de sa Ville, alors qu'elle en représente actuellement 50 %. Il réclame donc un remboursement d'environ

 4 millions $ à la Ville de Québec.

Le maire Loranger avoue toutefois avoir récemment changé son fusil d'épaule, et espère en arriver à un règlement avec Régis Labeaume. «Il y a quelque chose qu'on sait maintenant, c'est que les deux, on est capable de se pogner. [...] Ça va être difficile d'en arriver à un règlement, mais ça peut se faire.»

Le budget total de L'Ancienne-Lorette passera à 29 817 500 $ en 2015, une hausse de 7 % par rapport à l'année précédente.

***

5000 $ pour Normandeau

L'embauche de l'ancienne ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, comme consultante spéciale auprès du maire Émile Loranger coûtera finalement 5000 $ aux contribuables lorettains, et ce, malgré l'annulation de son mandat. 

Mme Normandeau a été embauchée en octobre par la Ville de L'Ancienne-Lorette afin de trouver une solution à l'impasse de l'agglomération avec la Ville de Québec. Choisissant finalement un poste de coanimatrice au FM93, elle a dû annuler son contrat avec L'Ancienne-Lorette pour des raisons de potentiels conflits d'intérêts.

Le contrat faisait état de tarifs de 250 $ l'heure, jusqu'à concurrence de 25 000 $. 

M. Loranger assure que malgré la brièveté de sa présence à la Ville, son travail «va nous servir dans le futur. Je ne pense pas que ce soit du travail perdu.»

Il tentait ainsi de justifier les 5000 $ versés à Mme Normandeau aux citoyens mécontents présents mardi soir à l'hôtel de ville.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer