Des embûches pour le Centre Durocher

Pour répondre aux exigences de la Ville de... (Maquette fournie par Action-Habitation de Québec)

Agrandir

Pour répondre aux exigences de la Ville de Québec, le directeur général d'Action-Habitation, Armand Saint-Laurent, a révisé le concept en proposant d'intégrer la façade du Centre Durocher dans la nouvelle construction.

Maquette fournie par Action-Habitation de Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le promoteur derrière le projet de logements sociaux au Centre Durocher dans le quartier Saint-Sauveur déplore les embûches administratives à la Ville de Québec. Le Centre Durocher coûte cher à entretenir, les factures s'accumulent et les logements sociaux risquent de ne plus être abordables.

Selon les nouveaux plans, Action-Habitation propose de procéder... (Maquette fournie par Action-Habitation de Québec) - image 1.0

Agrandir

Selon les nouveaux plans, Action-Habitation propose de procéder de façon semblable à ce qui a été fait pour la bibliothèque Monique-Corriveau, dans Sainte-Foy. «On vide au complet, on met de l'armature de métal pour la conserver [la façade], on la solidifie», explique M. Saint-Laurent.

Maquette fournie par Action-Habitation de Québec

Une partie des plans.... (Maquette fournie par Action-Habitation de Québec) - image 1.1

Agrandir

Une partie des plans.

Maquette fournie par Action-Habitation de Québec

La démolition et la reconstruction du Centre Durocher s'avèrent plus compliquées que prévu. En 2013, le directeur général d'Action-Habitation de Québec, Armand Saint-Laurent, croyait à un processus plutôt simple.

Les locataires du centre communautaire devaient déménager - chose faite depuis - dans des locaux vacants de la ville au centre Mgr-Bouffard, à quelques rues. La conseillère municipale de Saint-Roch-Saint-Sauveur, Chantal Gilbert, avait confirmé au Soleil que le centre allait être démoli, les coûts de rénovation étant jugés exorbitants.

Armand Saint-Laurent en était aussi persuadé. Démolition du centre, puis construction de logements sociaux sur le terrain.

Sauf que l'administration municipale a retardé le projet, indique-t-il. «Ils sont revenus en disant: de notre côté, le site a une valeur patrimoniale encore importante», explique le directeur général d'Action-Habitation, qui a fait une offre d'achat sur le Centre Durocher.

En dépit du souhait public de la mairie de démolir le centre, il a donc dû convaincre des fonctionnaires qu'il devait absolument... démolir le centre. «Il faut que j'engage des ingénieurs pour faire cette démonstration. Mais de l'autre côté, j'ai la même ville qui me donnait des unités au mois de novembre 2013 et qui, dans les journaux, disent qu'ils veulent démolir eux aussi.»

Intégration de la façade

Pour répondre aux exigences de la Ville de Québec, il a par ailleurs révisé le concept en proposant d'intégrer la façade du Centre Durocher dans la nouvelle construction. Le Soleil a obtenu les plans préliminaires d'architecture pour cette proposition encore à l'étude. «On fait comme à Sainte-Foy [bibliothèque Monique-Corriveau]. C'est un peu le même principe. On vide au complet, on met de l'armature de métal pour la conserver, on la solidifie», explique le directeur général.

Une vue aérienne du projet... (Maquette fournie par Action-Habitation de Québec) - image 2.0

Agrandir

Une vue aérienne du projet

Maquette fournie par Action-Habitation de Québec

Vue d'un autre angle du projet... (Maquette fournie par Action-Habitation de Québec) - image 2.1

Agrandir

Vue d'un autre angle du projet

Maquette fournie par Action-Habitation de Québec

De plus en plus coûteux

Alors que le projet stagne, Armand Saint-Laurent dit perdre de l'argent en gérant l'immeuble en partie abandonné. «Ce qui commence à être pesant, c'est que là, depuis le mois de juillet qu'on assume les dépenses du centre. C'est à peu près 9000 $ par mois, et ça rapporte environ 2000 $ par mois avec les revenus qu'on a. Ce sont des 7000 $ qu'à tous les mois, on met dans les vidanges.»

Chaque jour qui passe, le projet de logements sociaux devient de plus en plus coûteux. Une facture qu'il ne pourra pas refiler aux locataires. «Tout est normé. Je ne peux pas louer mes logements plus chers», soutient Armand Saint-Laurent. «Ce n'est pas nécessairement pour se plaindre, mais plus de dire que tout cet argent-là, qui est investi dans rien, fait qu'à un moment donné, ça augmente les coûts. Quand on va finir par faire le projet, tout ça va se rajouter sur la beurrée.»

Le nouveau Centre Durocher prévoit l'intégration du CPE, qui devrait doubler son nombre de places. «Le risque dans ça, c'est que le CPE perde ses places. C'est un risque qui est là, avance le directeur général. L'autre danger, c'est que le projet va finir par se faire un jour. Mais à quel prix? C'est une autre affaire. Est-ce que la Ville est en train de tuer le projet? Je ne le sais pas...»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer