Hausse de taxes moyenne de 1,8 % à Québec en 2015

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les propriétaires de Québec feront face à une hausse moyenne de 1,8 % de leur compte de taxes. Si ce bond respecte la promesse d'une hausse équivalente à l'inflation, la facture est plus salée pour certains secteurs, révèle le budget 2015 de la Ville de Québec.

Les résidents du secteur de Vanier connaîtront la hausse d'impôt foncier la plus importante avec 4,7 % en moyenne. À l'autre bout du spectre, les gens de Loretteville auront droit à la plus petite hausse, soit 0,7 %.

L'augmentation des taxes est aussi considérable dans d'autres anciennes villes, notamment Lac-Saint-Charles et Charlesbourg avec 3,2 %. La variation d'un secteur à l'autre s'explique par la dette des anciennes villes et de l'harmonisation lors des fusions, il y a 12 ans.

Au total, l'exercice budgétaire 2015 présenté par l'administration Labeaume est de 1,37 milliard $, en hausse de 2,4 %.

Le règlement de plusieurs conventions collectives au cours de l'année qui s'achève colore ce budget alors que la rémunération globale des employés bondit de 22,4 millions $ pour atteindre 552 millions $, une hausse de 4,2 %. La Ville a réglé avec les cols blancs, les cols bleus et les pompiers ces derniers mois.

L'effet de la loi 3 sur les régimes de retraite des employés municipaux, adoptée la semaine dernière, n'est toutefois pas considérée dans le présent exercice budgétaire.

«On trouvait ça un peu présomptueux, parce qu'on veut avoir le portrait final», a commenté le maire de Québec, Régis Labeaume.

Même s'il reconnaît que la Ville «a de moins en moins de gras» à couper, le maire s'est réjoui de voir qu'avec ce nouveau budget, la Ville respecte son cadre financier. Annoncé en 2011, il prévoit le versement de 15 millions $ au paiement comptant des immobilisations et 7,4 millions $ pour le paiement accéléré de la dette. L'administration Labeaume promet toujours que la dette commencera à baisser en 2016.

À ces 22,4 millions $ coupés annuellement se sont aussi ajoutés cette année 20 millions $ de moins de transferts du gouvernement Couillard dans la foulée de 300 millions $ de coupes annoncées le mois dernier.

«Ça fait 44 millions $ de ponctions. Sur un budget de 1,3 milliard $, 44 millions $ ça commence à faire de l'argent», a dit M. Labeaume.

Bon accueil des commerçants

Pour le secteur commercial, la hausse moyenne de taxe moyenne est de 0,5 % de plus que l'inflation, soit de 2,3 %.

Du côté des petits commerçants, le président de la Corporation des parcs industriels de Québec, Pierre Dolbec se réjouit que l'écart soit réduit à moins de 1 %. «M. Labeaume m'avait dit qu'on aurait des bonnes nouvelles et qu'on n'aurait pas de raison de se plaindre. Je pense qu'il a livré la marchandise. Si on considère d'où on est partis, les engagements pris il y a trois ans tiennent la route.»

L'écart de taux qui persiste entre les secteurs résidentiels et non résidentiels continue toutefois à préoccuper la Chambre de commerce et d'industrie de Québec (CCIQ). «Cette augmentation pourrait avoir un impact dommageable sur la compétitivité et la productivité des entreprises», craint le président du CA de la CCIQ, Éric Lavoie.

Trop de dépenses, selon l'opposition

La Ville de Québec a aussi présenté lundi 1,58 milliard $ d'investissements prévus ces trois prochaines années dont les principaux sont l'amphithéâtre et des investissements massifs dans le Réseau de transport de la Capitale.

Pour l'opposition de Démocratie Québec, la Ville dépense trop.

«Les dépenses de la Ville augmentent de façon plus élevée que l'inflation», a commenté le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Paul Shoiry.

Il réfute l'adjectif «rigoureux» que le maire a attribué au budget présenté lundi.

«Je prends l'exemple de la Ville de Montréal qui augment ses dépenses de moins de 1 %. Ça pour moi c'est plus rigoureux et plus conforme à ce qu'on aimerait voir», a dit M. Shoiry.

Les trois élus de Démocratie Québec promettent de poser plusieurs questions alors que chaque poste budgétaire sera analysé en détails à partir de ce matin et jusqu'au 16 décembre.

50 $ pour un permis d'abattage

L'une des seules hausses de tarifs annoncées dans le budget 2015 de la Ville de Québec concerne l'abattage d'arbres. Les permis d'abattage étaient jusqu'à maintenant gratuits. Dorénavant, il en coûtera 50 $ à un citoyen qui veut se débarrasser d'un arbre sur sa propriété, et 10 $ par arbre supplémentaire. Cela paie le déplacement de l'inspecteur, la visite des lieux et l'analyse, ont expliqué lundi les fonctionnaires de la Ville.

La collecte de déchets aux deux semaines partout l'hiver

Après Beauport, Charlesbourg et Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, ce sera au tour de la Haute-Saint-Charles, des Rivières et de la portion résidentielle de La Cité-Limoilou de passer à la collecte des déchets aux deux semaines durant l'hiver. Ce changement coïncide avec la terminaison des contrats avec les entreprises chargées de ramasser les matières résiduelles. Pour ces trois arrondissements, la collecte moins fréquente mais aussi l'optimisation des trajets des camions permettront une économie de 700 000 $, a soutenu lundi la trésorière de la Ville, Chantal Pineault.

225 000 $ pour une oeuvre d'art en cadeau à Montréal

La Ville de Québec offrira une oeuvre d'art de 225 000 $ à la Ville de Montréal à l'occasion du 375e de la métropole en 2017. La somme de 50 000 $ est prévue dès l'an prochain et un autre 175 000 $ est budgété en 2016 dans le programme triennal d'immobilisation 2015-2017 dévoilé lundi. La Ville mènera un concours auprès d'artistes de la région. À l'occasion du 400e de Québec en 2008, la Ville de Montréal avait offert l'oeuvre Rêver le Nouveau Monde du sculpteur Michel Goulet. Cette pièce composée de 44 chaises en acier inoxydable dans lesquelles sont gravés des poèmes est installée devant la Gare du Palais. En prévision de ce cadeau à Québec, l'administration du maire de l'époque, Gérald Tremblay, avait lancé un concours aux artistes montréalais un an avant l'inauguration de l'oeuvre le 14 juin 2008.

2,1 millions $ plus cher pour le déneigement

Il en coûtera 2,1 millions $ de plus pour déneiger les rues et les trottoirs de Québec en 2015. Le budget de déneigement passera ainsi à 40,3 millions $, en hausse de 5 % sur l'année en cours. C'est la conséquence du renouvellement de contrats donnés en sous-traitance, qui sont sortis plus chers, mais aussi des nouvelles normes pour l'entretien des grandes côtes qui relient la haute ville et la basse ville. L'administration Labeaume les veut praticables en tout temps et demande donc aux entrepreneurs d'y assurer une présence continue en cas de précipitations. Ajoutez à cela que la côte Gilmour, désormais accessible à l'année, coûte maintenant 100 000 $ à déneiger.

Des plans pour le Marché du Vieux-Port

Cinq millions de dollars sont prévus au budget d'investissement de 2016 et 2017 pour le Marché du Vieux-Port. Les documents budgétaires parlent d'un «réaménagement». Le maire de Québec a refusé d'être plus précis, lundi. «On travaille très fort sur ce projet-là qui pourrait entraîner des gros changements. Laissez-nous quelques semaines et on va vous revenir», a-t-il lancé du bout des lèvres, refusant de dire s'il y a un lien à faire avec le développement du bassin Louise promis par le Port de Québec. Depuis son arrivée en poste, Régis Labeaume a soumis au moins quatre scénarios pour relancer le plus important marché public de Québec, mais aucun ne s'est concrétisé.

Chantier de la côte de Sillery encore reporté

La deuxième phase du grand chantier de réfection de la côte de Sillery est repoussée d'une autre année. La Ville de Québec a refait le sous-sol et la chaussée à la jonction du chemin Saint-Louis en 2013, puis a décrété une pause en 2014 pour permettre au gouvernement fédéral de solidifer la côte Gilmour. L'administration Labeaume attend maintenant après le provincial, qui peaufine les plans de la promenade Samuel-de-Champlain. Les travaux de 15,5 millions $ qui restent à faire dans la côte de Sillery incluent la réfection des infrastructures souterraines et de surface, l'enfouissement des fils électriques et la reconstruction du mur de soutènement, qualifié de «très dégradé, mais sécuritaire».

Hausse des taxes municipales

+ 3,1 %
Beauport
Hausse de 82 $
+ 2,5 %
Cap-Rouge
Hausse de 65 $
+ 3,2 %
Charlesbourg
Hausse de 84 $
+ 3,2 %
Lac-Saint-Charles
Hausse de 85 $
+ 0,7 %
Loretteville
Hausse de 21 $
+ 2,2 %
Québec
Hausse de 64 $
+ 2,0 %
Saint-Émile
Hausse de 54 $
+ 2,0 %
Sainte-Foy
Hausse de 53 $
+ 3,0 %
Sillery
Hausse de 80 $
+ 1,7 %
Val-Bélair
Hausse de 50 $
+ 4,7 %
Vanier
Hausse de 119 $

*pour une maison d'une valeur moyenne de 262 000 $

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer