«Peins ton pont, Bill»: mobilisation 2.0 pour le pont de Québec

Le propriétaire des vêtements Baltrakon et de la... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le propriétaire des vêtements Baltrakon et de la boutique Article 721, Marc-André Roy, a produit un t-shirt avec le logo du pont de Québec afin de dénoncer la situation.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Un mouvement social prend forme sur le Web pour réclamer la fin des travaux de peinture sur le pont de Québec: «Paint your bridge Bill» (Peins ton pont, Bill). La mobilisation a même sa collection de vêtements.

Le message lancé par ce groupe officieux s'adresse directement à l'actionnaire principal du CN, entreprise propriétaire du pont, le multimilliardaire Bill Gates.

Dans une sortie commune il y a un peu plus d'une semaine, les maires de Lévis et Québec ont interpellé le fondateur de Microsoft pour qu'il prenne ses responsabilités et ordonne à la direction de la compagnie ferroviaire de terminer la restauration esthétique de l'infrastructure, interrompue il y a neuf ans.

Cette sortie a fait boule de neige et a inspiré une mobilisation citoyenne. Lancée le 15 novembre par une mère de famille de Québec, Marie-Ève Bois, l'initiative prolifère rapidement sur les réseaux sociaux. Sa vidéo a déjà été vue plus de 3000 fois. De nombreux autres messages adressés à l'homme d'affaires sont ainsi produits et circulent sur Internet pour défendre «un pont en manque d'amour».

Stratégie «inoffensive»

Marc-André Roy, propriétaire des vêtements Baltrakon et la boutique Article 721, a emboîté le pas en produisant un t-shirt pour répandre le mouvement. «[Le pont de Québec], c'est un emblème de Québec tant qu'à moi» dit-il au bout du fil. «Bill Gates et le CN sont des citoyens corporatifs. Moi comme propriétaire de boutique, j'en suis un à plus petit niveau. On prend soin de notre boutique, c'est la moindre des choses qu'eux fassent ça aussi [pour le pont].»

Le commerçant de Limoilou admet que la stratégie est plutôt «inoffensive». Mais reste que le message est bien là. «C'est cheap» de laisser le pont se détériorer, déplore-t-il.

Témoignant du côté «bon enfant» de la campagne, le logo apposé sur les t-shirts, une création de la designer graphique Marie-Pier Lemieux, est aussi offert en version à colorier pour les enfants.

En conclusion d'entrevue, Marc-André Roy avait un dernier message pour Bill Gates. «S'il vient peinturer son pont, je lui paie la pizza!» L'invitation est lancée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer