Intimidation au conseil municipal: Hamelin renvoie la balle à Guérette

La présidente du conseil municipal, Geneviève Hamelin, s'estime... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

La présidente du conseil municipal, Geneviève Hamelin, s'estime impartiale. Elle juge qu'autant Régis Labeaume qu'Anne Guérette se laissent parfois emporter dans le feu de l'action.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La présidente du conseil municipal, Geneviève Hamelin, se défend bien de laisser passer des paroles «intimidantes» du maire Régis Labeaume à l'endroit de la conseillère Anne Guérette. Même si elle est aussi élue d'Équipe Labeaume, la présidente jure agir en toute «impartialité». Et elle rappelle à Mme Guérette qu'elle aussi ne laisse parfois pas sa place au rayon des attaques.

«Les politiciens sont des gens de passion et il peut arriver à l'occasion, dans le cadre d'échanges sur certains sujets qui suscitent la dissension, que des propos de nature un peu plus personnelle puissent être interprétés comme une attaque», a indiqué Mme Hamelin dans une lettre en réponse à Mme Guérette.

Mercredi, l'élue de l'opposition avait écrit à la présidente Hamelin pour dénoncer l'«intimidation» dont elle se dit victime de la part du maire Labeaume.

Anne Guérette a jugé que le maire a dépassé les bornes lors du conseil municipal de lundi, alors qu'il l'aurait qualifiée de «complètement maboule».

L'expression a été captée et transcrite sur Twitter par une journaliste du Journal de Québec qui couvrait le conseil en direct de l'hôtel de ville.

En entrevue au Soleil jeudi, Mme Hamelin a assuré ne pas avoir entendu les propos allégués sortir de la bouche du maire. «Ce n'était pas pendant un temps de parole», a assuré celle qui veille sur le bon déroulement des séances.

Dans sa lettre de mercredi, Mme Guérette a aussi donné d'autres exemples de propos jugés offensants et demande à la présidente d'«imposer le respect lors des séances du conseil municipal». «Si, comme moi, vous croyez que ce sont des propos inacceptables, j'apprécierais que vous en fassiez un point de règlement en temps opportun afin que nous n'assistions plus à ce genre d'insulte personnelle pour le moins disgracieuse et carrément irrespectueuse», peut-on lire dans la lettre.

Or, Mme Guérette aussi a le tour pour les répliques acerbes, réplique Mme Hamelin, qui, en plus d'être présidente, est aussi conseillère d'Équipe Labeaume.

Mme Hamelin a d'ailleurs choisi de se présenter à un point de presse accompagnée de ses collègues de l'arrondissement La Cité-Limoilou, Chantal Gilbert et Suzanne Verreault. Les deux femmes sont venues dire en substance que «les débordements ne sont pas propres à certaines personnes» et que Mme Guérette n'y échappe pas. «Elle n'est pas toujours facile», a dit Mme Hamelin, qui fait notamment allusion aux séances du conseil d'arrondissement.

Chez Démocratie Québec, on a indiqué en fin de journée au Soleil que Mme Guérette ou M. Shoiry n'étaient pas disponibles pour commenter.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer