Lévis et ses policiers «sur la même longueur d'onde»

Le président de la Fraternité des policiers, Marc... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le président de la Fraternité des policiers, Marc Allard, et le maire Gilles Lehouillier (photo) ont paraphé l'entente qui octroie entre autres des bonifications salariales et une amélioration des conditions de travail pour les employés temporaires.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) C'est l'harmonie retrouvée entre Lévis et ses policiers. Avec la signature mardi de la convention collective, le syndicat et l'administration Lehouillier auraient même confiance de s'entendre sur la question du manque d'effectifs sur le terrain décriée par le syndicat.

Les policiers de Lévis avaient accepté en juillet à 96 % les conditions de leur nouvelle convention collective. Mardi, le président de la Fraternité des policiers, Marc Allard, et le maire Gilles Lehouillier ont paraphé l'entente qui octroie entre autres des bonifications salariales et une amélioration des conditions de travail pour les employés temporaires.

Sur le salaire, la Ville a copié ce qu'elle a offert aux pompiers. C'est-à-dire des augmentations annuelles de 2 % pour les années 2012 et 2013 et de 2,5 % pour les années subséquentes. La convention collective sera effective jusqu'au 31 décembre 2017, mais on a déjà prévu une bonification de 0,5 % pour 2018.

Dix-sept employés temporaires qui occupent des fonctions à temps plein verront leur situation améliorée. Ils bénéficieront en effet des mêmes conditions que les policiers permanents.

Le président Allard s'est dit satisfait du contenu de la nouvelle convention collective et sûr qu'une page est tournée dans les relations plutôt houleuses entre les policiers et la direction. «La communication est bonne, on peut travailler ensemble et aller vers l'avant», a-t-il soutenu.

Nouveau plan d'effectifs

Maintenant que le dossier du contrat de travail est réglé, le syndicat et l'administration Lehouillier se pencheront sur le nouveau plan d'effectifs pour le service de police. Sans vouloir chiffrer ses demandes pour de nouveaux patrouilleurs sur le territoire, Marc Allard a rappelé qu'il «manque des policiers».

«On a fait part de nos demandes, mais on va y aller étape par étape. Cette année, on a eu deux enquêteurs supplémentaires. On en attend encore, mais on sait qu'il y a un coût pour les citoyens, c'est important de respecter ça aussi. [...] Mais je pense qu'on est dans la bonne direction.»

Le maire est lui aussi resté prudent, mais a ouvert une porte, soulignant que le nouveau directeur adjoint à la sécurité publique, Yves Després, évaluera la situation et fera des propositions. «On très conscients qu'il y a une problématique reliée à l'ajout d'effectifs. Il s'agira de déterminer comment on peut le faire dans le respect de la capacité de payer [des contribuables]. Mais on est sur la même longueur d'onde.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer