Voyages et maux de dos controversés

La sécurité autour du maire Régis Labeaume a... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

La sécurité autour du maire Régis Labeaume a été haussée d'un cran. Le maire de Québec a troqué sa berline de fonction pour un camion et est accompagné de deux policiers en civil lors de ses sorties publiques ces jours-ci.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Auger
Le Soleil

(Québec) La conseillère municipale de l'opposition Anne Guérette reproche au maire de Québec de refiler aux contribuables ses frais de voyage en première classe. L'élue exige qu'il paye la différence. Des propos «extrêmement mesquins», réplique le maire Régis Labeaume.

En septembre, Radio-Canada rapportait que le maire de Québec Régis Labeaume avait voyagé à l'étranger à quatre reprises depuis les élections de 2013. Les frais du maire de la capitale étaient beaucoup plus élevés ceux de son attaché de presse. Pour un voyage à Paris, la note s'élève à 5245$ en billet d'avions pour le maire, contre 902 $ pour l'attaché de presse. Raison? Le maire voyage en classes affaires en raison de maux de dos.

«La première classe, s'il veut se l'offrir, qu'il paye la différence», a déclaré la conseillère de l'opposition Anne Guérette en marge d'un point de presse sur ExpoCité, vendredi.

Un journaliste a par la suite rappelé que le maire doit voyager ainsi en raison de ses maux de dos. Qu'importe, selon l'élue de Démocratie Québec.

«Même le maire Coderre voyage en classe économique», a-t-elle répliqué. «S'il a besoin de la première classe, je pense qu'il devrait payer la différence avec ses propres fonds. Ce n'est pas aux citoyens à payer la première classe.»

Cette déclaration de la conseillère de l'opposition a fait sortir le maire Labeaume de ses gonds, vendredi. «Je me fous de ce qu'ils pensent! Moi je suis un gars qui a mal au dos, et quand je voyage, c'est pour la job», a lâché Régis Labeaume. «Ça, c'est extrêmement mesquin.»

Pas question donc de rembourser des frais reliés à ses voyages effectués dans le cadre de ses fonctions. «Ça va être ça. Le problème de ce monde-là, c'est qu'ils devraient s'occuper des problèmes de la ville. Et ils ne sont pas bien bien bons... Alors, les petites mesquineries, ils peuvent se les mettre où je pense.»

Un peu plus tard en journée, l'attaché de presse du maire, Paul-Christian Nolin, en a remis contre les propos de l'élue de l'opposition. «Avoir un demi-million de dollars de budget de recherche et avoir besoin de Jeff Fillion pour obtenir des lignes sur un dossier, c'est gênant. On s'attend à un peu plus», a-t-il lancé en allusion à l'animateur de radio. Avec Valérie Gaudreau

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer