Les professionnels de Québec ne seront pas du «grand dérangement»

«L'Alliance n'a pas l'intention de participer à cette... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

«L'Alliance n'a pas l'intention de participer à cette activité, étant toujours assise à la table de négociation», a indiqué la présidente de l'Alliance des professionnels, Sylvie Dolbec.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Contrairement à leurs collègues cols bleus, les professionnels de la Ville de Québec ne prendront pas part au «grand dérangement», ce mouvement national de perturbations contre le projet de loi 3 sur les régimes de retraite.

«L'Alliance n'a pas l'intention de participer à cette activité, étant toujours assise à la table de négociation», a indiqué la présidente de l'Alliance des professionnels, Sylvie Dolbec.

Sans contrat de travail depuis décembre 2010, les professionnels poursuivent leurs négociations avec la Ville de Québec. En mai, ils ont voté pour un mandat de grève à utiliser «au moment opportun».

Le syndicat qui regroupe quelque 500 membres ne se retirera toutefois pas de toute forme de mobilisation contre les politiques du gouvernement Couillard, a-t-elle poursuivi. «L'Alliance envisage de participer à d'autres actions concernant l'orientation d'austérité du gouvernement actuel», a poursuivi Mme Dolbec par courriel.

Débrayage illégal

Lundi soir, les cols bleus ont voté en faveur d'une participation au «grand dérangement», une journée de moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève mise sur pied par la Coalition syndicale pour la libre négociation.

Puisque les employés manuels ont une nouvelle convention collective en poche, un débrayage d'une journée serait illégal.

«C'est sûr que c'est dans l'illégalité. Mais c'est aussi illégal ce que le gouvernement fait», a déclaré lundi soir le président du syndicat des cols bleus, Daniel Simard.

Les syndicats en ont particulièrement contre le partage à parts égales des déficits passés prévus dans la loi, une mesure qu'ils comparent à une rupture de contrat et à «du vol».

Les cols blancs voteront pour leur part aujourd'hui en assemblée spéciale pour déterminer s'ils participeront au «grand dérangement».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer