Saint-Augustin-de-Desmaures aussi veut s'étendre

Le maire de Saint-Augustin, Marcel Corriveau, a fait... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le maire de Saint-Augustin, Marcel Corriveau, a fait savoir que 147 hectares inoccupés sont disponibles pour la Ville.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si Québec peut s'étendre au nord, Saint-Augustin «veut être traitée de la même façon» et exige le droit de développer ses terrains inoccupés. Le maire Marcel Corriveau fait appel au ministère des Affaires municipales pour obtenir gain de cause.

Tel que le rapportait Le Soleil lundi, la Ville de Québec entend utiliser certains de ses 456 hectares obtenus en 2012 en vertu du Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PAMD). Elle souhaite notamment s'en servir pour la construction de maisons unifamiliales au nord des secteurs de la Haute-Saint-Charles, de Charlesbourg et de Beauport, en plus d'aménager un parc industriel près de l'aéroport. 

Le maire de Saint-Augustin, Marcel Corriveau dénonce cette situation. «Ça fait des années qu'on ne peut plus développer», a-t-il lancé lundi soir, lors du conseil municipal. Selon lui, la Ville de Québec s'est autorisée à modifier le schéma d'aménagement, dont la révision était pourtant prévue seulement en 2016.

Demandes au ministère

Se sentant bloqué, le conseil municipal a adressé ses demandes au ministère des Affaires municipales ainsi qu'au ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad. «On a besoin de nos terrains», a-t-il tranché. «On passe à l'action. On veut obtenir l'autorisation de construire nos terrains.» 

La Ville de Saint-Augustin veut construire entre autres parce qu'elle a besoin de nouveaux revenus. Début septembre, la municipalité s'est vue refuser une demande de prêt de 5 millions $ du gouvernement provincial. Le montant devait «donner un coussin» à la Ville, a dit lundi Marcel Corriveau. Cette sécurité aurait permis à la Ville de maintenir ses «activités de fonctionnement» en cas de manque de liquidité à la suite d'un versement de quote-part.

Pas de faillite

Ce dernier continue d'affirmer que sa municipalité croule sous le montant à verser à l'agglomération de Québec. Somme qui a augmenté de 96 % depuis 2008, atteignant 22 millions $ cette année sur un budget de 47 millions $. 

À savoir si Saint-Augustin est au bord du gouffre, M. Corriveau a déclaré «qu'on n'allait pas déclarer faillite demain matin», et que sa ville serait riche, n'eût été du montant à verser à l'agglomération.

Il a aussi défendu les investissements réalisés récemment par la Ville, dont un de 32,2 millions $ pour la construction d'un nouvel aréna. «Il faut être compétitif avec les autres municipales de la région», a-t-il lancé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer