Une base de plein-air «extrême»

Régis Labeaume, maire de Québec, et Agnès Maltais,... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Régis Labeaume, maire de Québec, et Agnès Maltais, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, ont annoncé dimanche des investissements de 6 millions $ pour la phase 1 de la revitalisation de la base de plein-air de Sainte-Foy qui deviendra à terme une destination pour les sports extrêmes et le volleyball de plage.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La base de plein air de Sainte-Foy est un site «parfait» à la tenue de compétitions sportives internationales, notamment pour les sports extrêmes et le volleyball de plage, selon l'administration Labeaume.

Promise par Équipe Labeaume en 2009 lors de la dernière campagne électorale municipale, la réfection de la base de plein air de Sainte-Foy est en voie de se concrétiser. La Ville attendait en fait une enveloppe provinciale, qui est finalement arrivée.

Régis Labeaume et Agnès Maltais, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, ont annoncé dimanche des investissements de 6 millions $ pour la phase 1, pour laquelle la Ville ira en appel d'offres des plans et devis d'ici les prochaines semaines. Le gouvernement provincial paiera la moitié de la facture pour cette première étape.

Compétitions internationales

À ce plan d'action se greffe une nouvelle vision pour la base de plein air. Le maire de Québec a affirmé vouloir «développer les sports mais aussi des compétitions internationales» sur le site, plus précisément en volleyball de plage et en sports extrêmes.

M. Labeaume a précisé que la vocation première de la base de plein air demeurerait la même, soit d'être un lieu de loisir et de détente pour les citoyens de Québec. «On va d'abord s'assurer d'aménager le site pour que les gens de Québec s'amusent.»

Mais il n'a pas caché que l'intention est de créer un nouveau pôle événementiel. «Honnêtement, dans la vision, il y a la capacité de produire des compétitions internationales ici, dans ce genre de sports-là [les sports extrêmes]», a-t-il dit. «Avec ça [un site réaménagé], on pourrait commencer à organiser quelque chose de télévisé, comme on le fait d'habitude», a-t-il ajouté, soulignant la télédiffusion du Grand Prix cycliste de Québec, qui aura lieu cette semaine dans la capitale. Le Red Bull Crashed Ice fait aussi partie des événements internationaux télévisés à Québec.

Concernant le volleyball de plage, les idées semblent déjà plus concrètes. Quatre terrains seront construits lors de la phase 1 du plan d'aménagement de la base de plein air. Les terrains seront suffisamment professionnels pour accueillir des événements d'envergure, a avancé le maire. Il ne resterait qu'à aménager des installations temporaires pour accueillir les spectateurs.

Première pelletée de terre dans un an

M. Labeaume a notamment fait référence au Quebec Open Jeep, présenté en 2011 au Séminaire des Pères Maristes. «Quand il y a eu le beach volleyball, ça se serait passé ici, j'en suis certain», a-t-il dit. L'événement, qui a attiré l'élite mondiale du volleyball, n'a d'ailleurs pas été renouvelé l'année suivante en raison des coûts trop élevés de location du site. Le maire avait dans la foulée évoqué l'idée de construire des terrains permanents à la base de plein air, sans procéder à une annonce concrète.

Avant de penser à quelque événement que ce soit, il faut d'abord remettre le site à jour, convient le maire. «Présentement, les services de base ne sont pas donnés», a-t-il affirmé.

La phase 1 prévoit donc la construction d'un bâtiment d'accueil, qui inclura des toilettes - il n'y a que deux toilettes disponibles sur les lieux actuellement - et l'électrification de l'endroit.

Selon Sylvain Légaré conseiller municipal d'Équipe Labeaume responsable des dossiers loisirs, la première pelletée de terre, si tout va bien, aura lieu dans un an. Les investissements de 6 millions $ sont quant à eux étalés sur les trois prochaines années.

Un total de 17 millions $ sera investi conjointement par la Ville de Québec, la Communauté métropolitaine de Québec et le gouvernement provincial pour l'ensemble de la réfection du site.

La phase 2 inclura notamment une nouvelle plage, l'aménagement de nouveaux sentiers (ski de fond, raquette, randonnée) et des modifications aux voies d'accès pour se rendre à la base de plein air.

La base de plein air de Sainte-Foy est située à l'angle des autoroutes Duplessis et Félix-Leclerc, à la hauteur de l'avenue Blaise-Pascal.

«C'est un très beau site, très accessible», estime Gestev 

Le grand patron de Gestev, Patrice Drouin, dont l'organisation a développé une expertise dans la tenue d'événements de sports d'action, voire extrêmes, fait visiter depuis 2007 la base de plein air de Sainte-Foy à différentes fédérations sportives. «C'est un très beau site, très accessible», a commenté M. Drouin. «Ces gens-là [des fédérations] peuvent nous donner des idées sur ce qu'on peut faire avec le site.»

Aucun événement majeur n'était dans les cartons de Gestev pour le moment à la base de plein air. «On attendait de connaître la vocation pour y proposer des idées», a-t-il dit.

Si l'endroit est invitant, il n'en demeure pas moins qu'il ne possède aucun dénivelé naturel, terrain idéal pour l'aménagement d'infrastructures consacrées aux sports extrêmes, a analysé Patrice Drouin. Il faudrait donc aménager des modules temporaires pour la majorité des disciplines.

Le volleyball de plage fait cependant partie des volets que souhaitait développer M. Drouin, et l'arrivée de terrains à la base de plein air s'avère une bonne nouvelle.

La Baie de Beauport, gérée par Gestev, est dotée de quelques terrains, mais ils ne «respectent pas les standards internationaux», a admis M. Drouin.

Ce dernier s'est donc dit encouragé de voir que la base de plein air pourrait accueillir de meilleures installations. Optimiste, il prévoit que «d'ici 2017, je suis à peu près certain qu'on pourrait revoir à Québec [du volleyball de plage]».

Gestev est notamment derrière la venue du Red Bull Crashed Ice, du Big Air, du Snowboard Jamboree, du Vélirium et de la Transat Québec Saint-Malo.

Le volleyball de plage, une idée qui a fait son chemin

La Ville de Québec tâte le terrain depuis près de deux ans pour aménager des terrains de volleyball de plage permanents à la base de plein air de Sainte-Foy. Claude Miville, présidente du Club V-Bex, organisation regroupant 192 joueurs de volleyball de plage de haut niveau à Québec, a été approchée par le maire il y a deux ans, a-t-elle affirmé au Soleil. Déjà à l'époque, le maire Labeaume avait partagé son intention d'organiser des compétitions internationales à Québec, a ajouté Mme Miville. Cette dernière est toutefois sceptique sur certains points. Avec seulement quatre terrains, elle estime qu'il serait étonnant d'obtenir des compétitions sanctionnées par la Fédération internationale de volleyball. Sans connaître le nombre exactes de terrains nécessaires à la venue d'un tournoi international, elle a affirmé qu'il faudrait au minimum une douzaine de terrains. En plus des surfaces de match, les fédérations exigent généralement des terrains d'entraînement.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer