Exclusif

La CCNQ veut réaménager les parcs de l'Amérique française et de la Francophonie

Déjà en 2006, la Commission de la capitale... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Déjà en 2006, la Commission de la capitale nationale du Québec avait commandé une étude interne au sujet de la création de «l'axe Saint-Amable». Celle-ci a permis à l'organisme d'amorcer sa réflexion sur le réaménagement des parcs de l'Amérique française et de la Francophonie.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les parcs de l'Amérique française et de la Francophonie changeront de visage au cours des prochaines années. La Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ) enclenchera bientôt le processus qui mènera au réaménagement des deux places publiques et des rues qui les entourent.

Ce n'est pas d'hier que le projet de revitaliser le parc de l'Amérique française et celui de la Francophonie est dans les cartons de la CCNQ. Il faut dire que les deux places publiques sont situées au coeur du principal secteur d'intervention de l'organisme : la colline parlementaire. La première côtoie le Grand Théâtre et la seconde s'adosse au parlement. Elles sont reliées entre elles par la rue Saint-Amable.

Déjà en 2006, la CCNQ avait commandé une étude interne au sujet de la création de «l'axe Saint-Amable». «C'était une étude pour amorcer notre réflexion», indique la porte-parole Anne-Marie Gauthier, soulignant que celle-ci n'a jamais été rendue publique.

Le parc de l'Amérique française, qui a été le théâtre d'affrontements épiques lors du Sommet des Amériques en 2001, est aussi passé à un cheveu de se voir offrir une cure de rajeunissement gracieuseté de la France. En 2005, le pays de Molière avait en effet proposé d'offrir, en guise de cadeau pour le 400e anniversaire de Québec, un réaménagement complet du parc, avec fontaines et oeuvres d'art, au coût de 15 millions $. Mais le projet est mort au feuilleton après maintes tractations politiques.

Cette fois-ci, la CCNQ compte bien mener le projet à terme. Elle lancera sous peu un appel d'offres pour la réalisation d'un plan directeur pour l'aménagement de ce secteur, a appris Le Soleil. On sollicitera l'expertise de firmes en architecture du paysage et en design urbain pour redessiner le quadrilatère.

Parce qu'on a étendu la zone d'action à la rue Saint-Amable, mais aussi au Grand Théâtre, à la place Georges-V, et à deux rues qui mènent à la Grande Allée, de Senezergues et de Claire-Fontaine. La Commission a sa petite idée sur ce qu'elle souhaite, mais n'en dira pas plus pour le moment, tranche Mme Gauthier.

La scène du FEQ là pour rester

Les habitués du Festival d'été de Québec peuvent tout de suite être rassurés : pas question de faire disparaître la scène du parc de la Francophonie. «Notre objectif est de rafraîchir le parc et de lui donner un caractère identitaire propre. Nous désirons conserver la grande polyvalence du parc de la Francophonie afin que ce lieu puisse continuer d'accueillir des activités urbaines, voire même en augmenter l'achalandage sur quatre saisons», assure Anne-Marie Gauthier.

La Commission n'est pas la seule à avoir une vision pour le secteur. La Ville de Québec a adopté en 2010 un programme particulier d'urbanisme (PPU) pour la colline parlementaire. Il avait été question à l'époque de faire de la place George-V et du parc de la Francophonie une place dure à l'européenne. L'administration Labeaume s'était finalement rangée aux arguments des amateurs de verdure et avait accepté de conserver les aires gazonnées du parc de la Francophonie dans son PPU.

Une fois le plan directeur établi, il faudra s'asseoir avec les nombreux partenaires qui sont interpellés. Car si la CCNQ est responsable du développement de l'espace public, elle n'est propriétaire que des deux parcs. Les autres propriétaires, la Ville, le Grand Théâtre, l'Assemblée nationale, le gouvernement fédéral, seront donc consultés. «C'est un secteur névralgique et il y a beaucoup de propriétaires. Il y a beaucoup de sensibilité aussi du fait qu'il y a un PPU dans ce secteur-là et qu'on est à côté du Vieux-Québec», convient la porte-parole.

Les travaux ne débuteront pas avant quelques années. Dans son plan triennal, la CCNQ a prévu des fonds pour l'élaboration du plan directeur en 2013-2014 et pour la réalisation des plans et devis et 2015-2016.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer