Sillery: un promoteur cède le tiers de son terrain pour un parc public

Le promoteur immobilier Marc Simard Simard (à gauche,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le promoteur immobilier Marc Simard Simard (à gauche, en compagnie de l'architecte Pierre Martin) a répété à plusieurs reprises en conférence de presse jeudi matin qu'il s'agissait d'«un ultime geste de rapprochement» qui permettra, selon lui, de dénouer l'impasse dans le dossier.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si le gouvernement du Québec donne le feu vert au projet de développement du Domaine Sous les Bois sur les terres conventuelles de Sillery, son promoteur, Marc Simard, lui cédera pour la somme de 1 $ un peu moins du tiers du terrain pour la réalisation du parc public des Grands Domaines. 

La proposition a été présentée en conférence de presse comme un «ultime geste de rapprochement» qui permettra, selon M. Simard, de dénouer l'impasse dans le dossier.

À quelques jours du dévoilement du Plan de conservation pour le site patrimonial qui révélera notamment si le promoteur pourra aller de l'avant avec la construction de 330 logements, ce dernier dit avoir mûrement réfléchi et conclu qu'une telle proposition ferait pencher le ministre de la Culture, Maka Kotto, en faveur de son projet résidentiel.

Marc Simard est propriétaire de celles du Domaine Benmore et du Collège Jésus-Marie, qui représentent 93 000 mètres carrés. Les bâtiments résidentiels occuperaient, dit-il, 10,25 % de cette superficie. Pour la réalisation d'un parc public, il avait déjà cédé à la Ville de Québec environ 24 % de ses propriétés. Ce matin, il a annoncé qu'il offrait, en échange de la somme symbolique de 1 $, 31,8 % supplémentaires à la province à ces mêmes fins.

«Éviter un gros déboursé de la part des contribuables»

Le promoteur a également fait valoir qu'en période de difficultés économiques, il voulait «éviter un gros déboursé de la part des contribuables». Sans ce don, le gouvernement du Québec se verrait dans l'obligation d'acheter une portion de ses terrains pour le futur parc des Grands Domaines.

Le scénario de la Ville de Québec pour les terrains historiques de Sillery, qui comprend également l'aménagement du parc public, a également pesé dans la balance, a admis M. Simard. «On a compris que le maire proposait d'utiliser seulement 10 % des terrains pour la construction, alors c'est exactement ce qu'on fait dans notre projet», a-t-il soutenu. «Le maire avait juste dit au ministère [de la Culture] d'acheter les terrains, le Ministère a toujours dit qu'il n'était pas là pour acheter les terrains. Nous en faisant ça on débloque le problème», a-t-il poursuivi.

Une opinion que ne partage pas le président de la Coalition pour l'arrondissement historique de Sillery, Pierre Vagneux. Même s'il qualifie l'idée de M. Simard de «beau geste», il croit que ça ne change rien, puisque aucune construction ne doit être érigée sur les terres patrimoniales.

De son côté, le ministre de la Culture n'a pas voulu commenter alors que sa réflexion sur les propriétés conventuelles de Sillery est terminée et devrait être rendue publique à la fin de la semaine prochaine. «On est à faire quelques vérifications d'ordre juridique en ce moment. Vous aurez des nouvelles incessamment», a indiqué le ministre Maka Kotto, mercredi, en marge d'une activité de la fête de la ville.

Avec la collaboration de Stéphanie Martin

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer