Cadeau gênant pour le maire de Sainte-Brigitte-de-Laval

Le maire de Sainte-Brigitte-de-Laval, Gilbert Thomassin, a accepté... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le maire de Sainte-Brigitte-de-Laval, Gilbert Thomassin, a accepté un cadeau de la firme d'ingénierie AECOM-Tecsult en février 2010, quand il a assisté à un match du Canadien de Montréal dans la loge privée de l'entreprise.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthieu Boivin
Le Soleil

(Québec) Le maire de Sainte-Brigitte-de-Laval, Gilbert Thomassin, a accepté un cadeau de la firme d'ingénierie AECOM-Tecsult en février 2010, quand il a assisté à un match du Canadien de Montréal dans la loge privée de l'entreprise.

Il assure que ce traitement de faveur n'a pas influencé sa prise de décision quand est venu le temps d'octroyer des contrats à AECOM-Tecsult.

La firme a réalisé différents mandats pour la Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval depuis plusieurs années, dont le contrat de supervision de l'imposant chantier de construction de l'avenue Sainte-Brigitte-de-Laval.

En entrevue avec Le Soleil, M. Thomassin a indiqué que lui et le directeur des travaux publics de l'époque, Guillaume Côté, s'étaient rendus à Montréal ce soir-là dans un autobus nolisé par l'entreprise. M. Thomassin ne se rappelle pas qui étaient les autres personnes présentes dans cet autobus, mais il n'écarte pas la possibilité que des représentants d'autres municipalités aient aussi assisté à ce match de hockey.

Il se souvient qu'en plus de la rencontre, les invités avaient pu manger un repas complet et consommer de l'alcool. Tout ça sur le bras d'AECOM-Tecsult. «On avait eu le gros kit. Le Canadien avait même gagné.»

L'effet Charbonneau

Le maire reconnaît qu'il n'aurait pas accepté ce cadeau de l'entreprise s'il l'avait reçu au cours des derniers mois. Les nombreuses révélations chocs de la commission Charbonneau l'ont porté à réfléchir. «C'était moins surveillé à ce moment-là, quand je suis allé au hockey.» Lors de sa présence à la commission Charbonneau, l'ancien directeur du développement des affaires d'AECOM-Tecsult,

Roger Desbois, a notamment reconnu avoir fait du financement électoral illégal à Saint-Jérôme, Blainville, Lorraine, Bois-des-Fillion, Sainte-Thérèse et Mascouche, dans la région de Montréal.

M. Thomassin est convaincu que ce cadeau de la firme n'a jamais influencé ses décisions dans le domaine des entreprises d'ingénierie. «Le conseil municipal, on regarde les soumissions et on octroie le contrat au moins cher.»

Malgré de nombreux appels chez AECOM-Tecsult, personne n'a répondu à notre demande d'entrevue.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer