Régimes de retraite: Québec demande 2 % à ses employés

Partager

(Québec) Le déficit des régimes de retraite des fonctionnaires de la Ville de Québec pourrait coûter jusqu'à 364 $ en moyenne par compte de taxes des contribuables en 2017.

Qui paye quoi?... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Qui paye quoi?

Infographie Le Soleil

Cette somme représente 312 $ en 2013 sur une maison unifamiliale moyenne de 260 000 $, selon les calculs de l'administration Labeaume alors que le déficit atteignait 516,5 millions $ en 2010.

Mais des rendements insuffisants l'ont plombé jusqu'à 624 millions $, selon l'évaluation de la Ville.

De 2003 à 2017, la part de toutes les taxes perçues par la Ville uniquement pour combler le déficit sera passée de 21 à 143 millions $.

Le maire Régis Labeaume juge «injuste» que les contribuables doivent assumer seuls le remboursement du déficit.

La Ville de Québec demande donc à ses employés de verser 2 % de leur salaire pendant 15 ans afin de combler 12 % du déficit total, soit 59 millions $.

L'administration Labeaume demande aussi aux fonctionnaires de repousser leur retraite à 65 ans. Cette hausse de l'âge de la retraite ne s'applique toutefois pas aux policiers et aux pompiers, dont l'âge est fixé par une loi provinciale.

Il faut dire que l'allongement de l'espérance de vie est un facteur majeur pour expliquer le déficit, selon la Ville. Depuis 1995, elle a augmenté de 8 ans chez les hommes et de 5,7 ans chez les femmes, selon les documents distribués mardi.

«C'est phénoménal, on n'a jamais vu ça, mais ç'a de grandes conséquences», a commenté le directeur général de la Ville de Québec, Alain Marcoux. «Imaginez une personne dont la rente est de 20 000 $ et qui vivra trois ans de plus que prévu, c'est 60 000 $. Ce sont des sommes astronomiques qu'il faut ajouter alors que des rendements sont en baisse», a poursuivi le dg de la Ville.

Ces offres patronales ont été présentées mardi matin par M. Marcoux et le trésorier Yves Courchesne avant une conférence de presse du maire Régis Labeaume.

L'exercice sera repris mercredi soir à 18h lors d'une séance du comité plénier.

La Ville de Québec a investi 12 000 $, du jamais-vu, dans une campagne publicitaire visant à inciter les citoyens à assister à la séance de ce soir ou de la regarder sur les ondes de MaTV. Mais puisqu'un comité plénier est avant tout une séance d'information aux élus, les citoyens n'auront pas le droit de prendre la parole ou de poser des questions.

Mardi, l'opposition et les syndicats ont dénoncé cette façon de faire qu'ils comparent à un «spectacle» du maire sans droit de réplique.

Le gouffre des déficits de retraite se pose partout au Québec. Mais Régis Labeaume a souvent dit être déterminé à mener ce combat avant même que les conclusions du rapport du comité présidé par Alban D'Amours. Ce rapport comité d'experts mandaté par le gouvernement pour étudier le système de retraite au Québec est attendu plus tard cet hiver.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer