Super PEPS: fermeture envisagée les soirs et les fins de semaine

Le recteur de l'Université Laval Denis Brière... (Photothèque Le Soleil, Jocelyn Bernier)

Agrandir

Le recteur de l'Université Laval Denis Brière

Photothèque Le Soleil, Jocelyn Bernier

Partager

(Québec) Pour jongler avec des compressions de 36 millions $, l'Université Laval réclame au gouvernement Marois des assouplissements et espère une entente avant le début du Sommet sur l'enseignement supérieur, lundi. Sinon, le recteur Denis Brière affirme qu'il pourrait devoir fermer le Super PEPS les soirs et les fins de semaine.

La semaine dernière, le vice-recteur exécutif Éric Bauce a affirmé dans nos pages que les compressions obligeront l'Université Laval à réduire ses services, ce qui pourrait inclure une réduction des heures d'ouverture du centre sportif et de la bibliothèque.

Hier, le recteur Denis Brière est allé un peu plus loin en affirmant qu'un des scénarios à l'étude est la fermeture du Super PEPS les soirs et les fins de semaine, à partir de la mi-avril. La bibliothèque pourrait subir le même sort.

«C'est un choix à faire, je veux protéger d'abord la formation des étudiants», a affirmé M. Brière.

Puisque l'agrandissement du centre sportif de l'Université Laval, dont l'inauguration est prévue ce printemps, n'est pas encore complété, M. Brière y voit une «marge de manoeuvre» pour réduire les coûts. Des embauches pourraient tout simplement ne pas avoir lieu, affirme-t-il.

Réduire l'impact des compressions

Cette éventualité risque de déplaire à la Ville de Québec, qui a investi 10 millions $ dans ce projet puisque le nouveau centre sportif devait, au départ, être utilisé 70 % du temps par la population de Québec.

Pour éviter ce scénario, M. Brière compte sur des propositions faites au gouvernement qui lui permettrait de réduire l'impact des compressions, qui s'élèvent à 250 millions $ sur deux ans pour l'ensemble du réseau universitaire.

Des discussions sont en cours avec le cabinet de la première ministre, Pauline Marois, et celui du ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne. «Il faut que ça se règle avant lundi matin, martèle M. Brière. On ne peut pas aller au Sommet avec ça derrière la tête, sinon on ne discutera pas de grand-chose.»

Au cabinet du ministre Duchesne, on confirme que des discussions sont en cours à ce sujet, sans en dire davantage.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer