Le plan particulier d'urbanisme de Sainte-Foy déjà attaqué

Le projet comportant quatre tours serait développé sur... (Image tirée du mémoire déposé à la Ville de Québec)

Agrandir

Le projet comportant quatre tours serait développé sur deux terrains situés de part et d'autre de l'avenue des Hôtels, en contrebas de la clinique Saint-Louis et du restaurant Michelangelo.

Image tirée du mémoire déposé à la Ville de Québec

Partager

Annie Morin
Annie Morin
Le Soleil

(Québec) Le promoteur immobilier Pierre Gagné, qui possède deux grands terrains sur l'avenue des Hôtels, à la tête des ponts, a embauché un lobbyiste dans l'espoir de faire modifier le plan particulier d'urbanisme (PPU) du plateau centre de Sainte-Foy, tout juste adopté. Le président de Construction L.P.G. veut construire des immeubles idéalement deux fois plus hauts que les 13 à 15 étages prévus pour le secteur.

Le mandat, octroyé à David F. Blair, avocat chez Heenan Blaikie, date du 10 décembre et est valide pour un an. Il se lit comme suit : «Obtenir pour le client une modification au projet de programme particulier d'urbanisme pour le Plateau centre de Sainte-Foy en modifiant à la hausse le nombre d'étages permis afin de lui permettre de maximiser le développement de ses terrains en permettant la construction la plus haute possible.»

Joint au téléphone, lundi, M. Gagné n'a pas voulu dire combien d'étages il souhaitait exactement.

L'ancien zonage prévoyait une quinzaine d'étages pour ses deux terrains, le 1555 et le 1560, situés de part et d'autre de l'avenue des Hôtels, en contrebas de la clinique Saint-Louis et du restaurant Michelangelo.

Les nouvelles règles confirment le statu quo pour les abords de l'avenue des Hôtels tandis que le maximum permis diminue à 13 étages un peu plus à l'est. Au départ, il était prévu d'y permettre seulement six étages, comme ce sera finalement le cas sur le chemin Saint-Louis, mais la Ville de Québec a réajusté le tir après avoir consulté les citoyens en novembre. Une zone verte tampon est toujours prévue avant la rue de Valmont, à vocation résidentielle.

Lors de la consultation publique, plusieurs commerçants et hôteliers du secteur avaient plaidé pour le maintien d'une hauteur maximale de 15 étages. Le président de Construction L.P.G. a toutefois demandé plus de latitude. Dans un mémoire déposé à la Ville de Québec, il a parlé de son projet connu sous le nom de «porte de Québec».

Première ébauche

La première ébauche, qui date de 2008, prévoyait l'érection de quatre immeubles en copropriétés divises de 15, 20, 30 et 35 étages pour un total de 800 logements. La plus récente version proposée conserve deux tours de 15 étages et deux autres de 25 étages avec commerces intégrés. Il est question de propriétés «d'une qualité supérieure aux standards du marché». À partir du 15e étage, il y aurait vue sur le fleuve.

Il est possible que le projet déborde sur le 1560, la parcelle à l'ouest de l'avenue des Hôtels, que Pierre Gagné possède avec les frères Éloi et Martin Parent, de Construction Dinamo. En entrevue au Soleil en 2010, Martin Parent disait que «même à 30 étages, l'impact visuel ne serait pas très grand». L'architecte montréalais Michelange Panzini travaillait alors sur les plans des futurs gratte-ciel dans l'espoir de commencer la construction en 2013.

Les auteurs du mémoire concluent que la «porte de Québec» est «en parfaite harmonie avec les objectifs spécifiques et les visions d'avenir pour le secteur des ponts» avant l'ultime demande d'autoriser des constructions «allant minimalement jusqu'à 20 étages et pouvant même aller jusqu'à 29 étages».

Les arguments n'ont pas porté puisque l'administration Labeaume a bloqué à 15 étages le maximum autorisé. Le PPU du plateau centre de Sainte-Foy a été adopté le 17 décembre par le conseil municipal et est entré en vigueur le 5 janvier. Il reste à ajuster le règlement d'urbanisme en conséquence. En attendant, l'effet de gel sur les terrains visés est toujours en vigueur. Marie-Christine Magnan, porte-parole de la Ville de Québec, a expliqué lundi que toute demande dérogatoire devra désormais passer par le processus habituel de changement de zonage, qui suppose l'ouverture des registres et un référendum au besoin.

Outre Pierre Gagné et les frères Parent, les terrains vacants à la tête des ponts appartiennent principalement à des entités publiques, dont le ministère des Transports du Québec, la Société des parcs de sciences naturelles du Québec et la Commission de la capitale nationale du Québec. Le CN fait aussi partie des propriétaires.

Le président de Construction L.P.G., originaire de Bellechasse, est quant à lui connu sur la Rive-Sud. Il est notamment gestionnaire du Centre des congrès de Lévis, où des travaux d'agrandissement de 36 millions $, à être financés conjointement par le public et le privé, sont prévus dès ce printemps.

Dans un article sur le sujet publié au début de janvier par le Progrès de Bellechasse, il était mentionné que M. Gagné comptait «mettre en vente, sous peu, des terrains de grande valeur qu'il possède dans le secteur Sainte-Foy, à l'entrée des ponts». La semaine dernière, l'homme d'affaires avait refusé de confirmer cette information au Soleil.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer