La Ville espère épargner en réduisant les heures d'accessibilité aux patinoires

Après avoir fait volte-face en 2011, la Ville... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Après avoir fait volte-face en 2011, la Ville de Québec a décidé de réduire cette année l'accessibilité à ses 97 patinoires.

Le Soleil, Erick Labbé

Partager

David Rémillard
Le Soleil

(Québec) La Ville de Québec espère économiser un peu plus de 100 000 $ cette année en réduisant en moyenne de 10 heures par semaine l'accessibilité aux 97 patinoires sur son territoire. Une mesure jugée nécessaire pour atteindre un budget équilibré selon la Ville, mais qui fait rager certains patineurs.

Les amateurs de patin ou de hockey auront moins de temps pour profiter de leur sport, «entre neuf et onze heures» par semaine selon Jacques Perron, porte-parole à la Ville de Québec.

La proposition présentée et acceptée au comité budgétaire fait passer les heures d'ouverture de 16h30 à 21h en semaine, et de 11h à 21h30 la fin de semaine. Mais «ça varie selon les arrondissements», précise-t-il, d'où l'intérêt de vérifier l'horaire de sa patinoire de quartier. Entre 30 et 60 minutes d'ouverture sont supprimées par jour.

Auparavant, les patinoires ouvraient de 16h à 22h en semaine et de 10h à 22h la fin de semaine.

L'harmonisation des horaires des patinoires extérieures fait partie des compressions demandées dans le budget 2013 de la Ville de Québec.

Selon le document, dans l'arrondissement Sainte-Foy-Sillery, où se trouvent 27 patinoires, les heures coupées représentent des économies de 31 307 $, pour la majorité des salaires versés aux employés.

Dans l'arrondissement de la Haute-Saint-Charles, la demande de compression est encore plus précise : une diminution de412,5 heures au total pour l'hiver, une compression de 8250 $ à raison de 20 $ de l'heure.

«Des heures raisonnables»

Dans Charlesbourg, la proposition est de fermer l'une des 14 patinoires par hiver en se basant sur l'achalandage, ce qui supprime automatiquement un poste d'employé saisonnier pour l'entretien et la supervision de la surface glacée.

Selon Jacques Perron, «les heures qu'on offre actuellement sont des heures raisonnables pour peut-être 95 %» de la population. Les familles et les jeunes étaient la priorité pour établir les nouveaux calendriers.

Mais cette situation ne plaît pas à tous les citoyens, dont Louis Lahaie, un résidant de Sainte-Foy. Fan de hockey, il préfère «patiner tard parce que je me retrouve sur la patinoire avec du monde de mon calibre et [plus vieux]». «On a de la misère à avoir des hivers froids, quand on peut finir par avoir une patinoire, il faut toujours bien pouvoir l'utiliser», plaide-t-il.

Prise 2

Ce n'est pas la première fois que la Ville de Québec décide de réduire les heures d'ouverture de ses patinoires. Le 23 décembre 2011, Le Soleil révélait les intentions de Québec de diminuer l'accessibilité d'une heure par jour en semaine et de deux heures la fin de semaine, une mesure incluse dans le budget 2011.

En apprenant la nouvelle «dans le journal», le maire de Québec, Régis Labeaume, avait ordonné de rétablir les horaires normaux. «Il n'est pas question que nous réduisions les heures d'accessibilité à des équipements de loisirs sous prétexte de manque de fonds», avait renchéri Sylvain Légaré, qui est toujours vice-président du comité exécutif et responsable des loisirs à la Ville de Québec. M. Légaré ne nous a pas rappelés jeudi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer