Les cols bleus suspendent leur grève pour la période des Fêtes

Cette trêve ne met toutefois pas fin définitivement... (Photothèque Le Soleil, Jocelyn Bernier)

Agrandir

Cette trêve ne met toutefois pas fin définitivement aux moyens de pression des cols bleus. La grève pourrait reprendre à tout moment à partir du début janvier.

Photothèque Le Soleil, Jocelyn Bernier

Partager

(Québec) Les cols bleus suspendent leur grève des heures supplémentaires pour toute la période des Fêtes, a appris Le Soleil.

À partir de 16h aujourd'hui, tous les employés manuels seront disponibles pour travailler comme à la normale.

Cette décision du Syndicat des employés manuels vaut pour le déneigement, mais aussi pour tous les services, comme les loisirs ou la voirie.

Cette nouvelle survient au moment où d'importantes chutes de neige sont prévues dans les prochains jours.

Au moment, aussi, où une grève pendant la période des Fêtes aurait pu affecter tout particulièrement la population, ce que ne souhaitent pas les cols bleus, a-t-on indiqué au Soleil.

Le syndicat devrait publier tôt ce matin un communiqué de presse confirmant cette décision de suspendre la grève des heures supplémentaires déclenchée le 24 mai.

Cette trêve ne met toutefois pas fin définitivement aux moyens de pression. Selon nos informations, la grève pourrait reprendre à tout moment à partir du début janvier.

Fin des inquiétudes

Cette annonce imprévue, qui survient dans le contexte tendu des relations entre la Ville de Québec et ses cols bleus, devrait mettre fin aux inquiétudes exprimées par les élus ces derniers jours.

La semaine dernière, le vice-président du comité exécutif Richard Côté avait convié la presse pour «dire la vérité» à la population concernant l'effet du recours aux services essentiels sur le déneigement. M. Côté avait prédit que la grève des heures supplémentaires provoquerait de la «grogne» et des «plaintes» des citoyens. Il s'inquiétait particulièrement pour la fin de semaine.

«À partir du vendredi soir à 16h jusqu'au dimanche soir à 22h, c'est pas de temps supplémentaire, avait-il ajouté. Donc, ça veut dire que le week-end, il faut prier pour ne pas qu'il neige.»

Mardi, Régis Labeaume a martelé le message patronal en prévenant le syndicat que la population ne serait pas «bien, bien tolérante» s'il utilise «trop de moyens de pression» liés au déneigement.

À Québec, le déneigement est scindé en pas moins de 153 zones dont 50 sont confiées à des firmes privées. Le reste est fait «en régie», donc par des employés municipaux. En kilométrage, la proportion privé-public est de «50-50».

Maintenant que la grève est suspendue, il n'y aura donc pas de différence d'horaire entre les secteurs déneigés par les cols bleus ou une entreprise privée.

Patinoires

L'annonce de la suspension de la grève dès 16h aujourd'hui vient aussi tuer dans l'oeuf les inquiétudes du maire Régis Labeaume quant aux patinoires extérieures. En point de presse jeudi, il a annoncé que son administration avait demandé aux cols bleus de consentir à des heures supplémentaires afin de s'assurer que les patinoires de Québec soient prêtes à Noël.

Sur les 94 patinoires extérieures, 27 sont entretenues par des cols bleus, dont 22 dans l'arrondissement de Sainte-Foy-Sillery.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer