PTI de la Ville de Québec: 1,6 milliard $ en dépenses

Le futur colisée fait figure d'éléphant dans les... (Photo: Le Soleil)

Agrandir

Le futur colisée fait figure d'éléphant dans les 337 pages détaillant les dépenses du PTI. D'ici 2015, 342 millions $ des quelque 1,6 milliard $ des investissements en immobilisations seront consacrés à l'amphithéâtre, soit 21 % de la facture totale.

Photo: Le Soleil

Partager

(Québec) Pour la deuxième année consécutive, l'amphithéâtre est le poids lourd des dépenses de la Ville de Québec. D'ici 2015, 342 millions $ des quelque 1,6 milliard $ des investissements en immobilisations seront consacrés au futur amphithéâtre. C'est 21 % de la facture totale.

«Ce n'est pas 50 % comme les gens pensent souvent», s'est défendu le maire Régis Labeaume mercredi en présentant le programme triennal d'immobilisations (PTI) pour les années 2013-2014-2015.

N'empêche, le futur colisée fait figure d'éléphant dans les 337 pages détaillant les dépenses à venir jusqu'en 2015.

L'amphithéâtre colore plusieurs secteurs du PTI, faisant notamment gonfler la part dédiée aux sports et loisirs à 26 % des investissements, devant l'ingénierie (24 %), le transport en commun (14 %) et les travaux publics (7 %).

Jusqu'à maintenant, 58 millions $ du budget total de l'amphithéâtre de 400 millions $ ont été dépensés. Les 342 millions $ restants sur trois ans incluent la subvention du gouvernement du Québec et le financement privé pour 246 millions $. Le total de l'investissement à la charge de la Ville est de 96 millions $.

Des dépenses connexes à l'amphithéâtre se profilent aussi dans le PTI présenté mercredi.

Ainsi, avant l'ouverture prévue de l'amphithéâtre en septembre 2015, la Ville de Québec aura investi 10,2 millions $ pour réaménager le boulevard Hamel entre la rue Fleur-de-Lys et l'avenue du Colisée et refaire le tronçon de la rue Soumande situé à l'ouest de l'autoroute Laurentienne.

«On s'arrime aux travaux du ministère des Transports, qui va refaire le pont d'étagement au-dessus de l'autoroute Laurentienne en 2013 ou en 2014», explique François Picard. Par ailleurs, la date d'ouverture des soumissions pour les fondations de béton de l'amphithéâtre, prévue à l'origine pour demain, est reportée à mardi.

Moins d'emprunts

Au moment de présenter son PTI mercredi, le maire Régis Labeaume a insisté sur le fait que la Ville empruntera moins de la moitié des sommes investies.

«On emprunte 45 % et il y a 55 % qu'on n'emprunte pas. Ça ne s'est jamais vu dans l'histoire de la nouvelle Ville de Québec», s'est-il réjoui en conférence de presse, flanqué des deux présidents du comité exécutif, François Picard et Richard Côté.

Avec ce nouveau 1,6 milliard $ d'investissements, la dette nette de la Ville grimpe à 1,565 milliard $. Une hausse prévue, a répété M. Labeaume en faisant allusion au cadre financier. Annoncé l'an dernier, ce cadre prévoit que la Ville commencera à réduire sa dette accumulée à partir de 2016. «On vise toujours une dette qui correspond à notre budget. Présentement, le ratio est de 111,6 %. On veut que ce soit 100 %.»

D'autres importantes dépenses prévues sont déjà en route. L'usine de biométhanisation pour le compostage a été modifiée et se chiffre maintenant à 108 millions $, dont 68 millions $ payés par la Ville (voir le texte en page X).

Les récentes annonces, comme un stade de soccer couvert à Beauport (20,5 millions $) et une palestre de gymnastique à Charlesbourg (8,5 millions $), figurent au PTI. Une autre palestre est prévue pour Sainte-Foy (18,2 millions $).

Le Diamant présent

Le Théâtre Le Diamant, de la compagnie de Robert Lepage, se voit attribuer un montant de 7 millions $ de la Ville, comme cela avait été annoncé en juillet. Le gouvernement de Jean Charest avait confirmé une subvention de 30 millions $ pour la future salle de la place D'Youville. Le Parti québécois maintient cette somme sans toutefois avancer d'échéance. Ex Machina cherche de son côté du financement privé pour boucler le projet de 60 millions $.

Le Réseau de transport de la Capitale voit sa part du gâteau amputée par rapport au précédent PTI, passant de 360 à 220 millions $ pour trois ans, une proportion de 22 % à 14 %.

«On charge la carte de crédit»

Le conseiller indépendant Yvon Bussières a déploré mercredi que le PTI présenté montre que la Ville va continuer à s'endetter jusqu'en 2014.

«Le maire continue à charger la carte de crédit au maximum. On a encore quelques années de vaches grasses, mais les années de vaches maigres arrivent», a-t-il dit.

M. Bussières a aussi mentionné que le «grand gagnant» est le sport et que «le grand perdant est le transport collectif».

Avec Isabelle Mathieu

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer