Une autre tour projetée pour Saint-Roch

Partager

Annie Morin
Le Soleil

(Québec) Ce n'est pas une, mais bien deux constructions en hauteur qui sont projetées au coeur du quartier Saint-Roch. L'hôtel Best Western a soumis à la Ville de Québec un projet d'agrandissement, qui a été inclus in extremis dans le plan particulier d'urbanisme (PPU) du secteur.

1 - Projet de tour à la place... (Image fournie par la Ville de Québec) - image 1.0

Agrandir

1 - Projet de tour à la place Jacques-Cartier; 2 -  Projet d'agrandissement de l'hôtel Best Western

Image fournie par la Ville de Québec

Le projet d'agrandissement de l'hôtel Best Western est... (Photo Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.1

Agrandir

Le projet d'agrandissement de l'hôtel Best Western est situé entre les rues du Roi et De La Salle, en lieu et place de quatre édifices à logements de deux étages et d'un stationnement.

Photo Le Soleil, Yan Doublet

Le nouvel édifice serait érigé derrière l'hôtel actuel, dans le pâté de maisons contenu entre les rues du Roi et De La Salle, en lieu et place de quatre édifices à logement de deux étages et d'un stationnement. À son point le plus haut, le bâtiment modulé ferait 40 mètres (entre 10 et 12 étages), soit 20 mètres de moins que la future tour de la place Jacques-Cartier (16 étages), contestée par les comités de citoyens de Saint-Roch et de Saint-Sauveur.

Un autre îlot, à l'entrée de la Pointe-aux-Lièvres, pourrait également atteindre les 60 mètres. Mais cela était connu.

Dans le cas du Best Western, il s'agit bel et bien d'un ajout. Les intentions de l'hôtelier Joey Thiffault, déjà ébruitées, ont été confirmées à la Ville de Québec après la première mouture du PPU, déposée en juin. Le dossier a été étudié et il a été convenu de l'inclure dans les discussions en cours. «On voulait y aller en toute transparence», assurait mardi le vice-président du comité exécutif François Picard, juste avant la consultation publique tenue au club social Victoria.

Un argument a pesé dans la balance : «C'est parce que c'est du logement et il y a un besoin criant de logement dans le secteur», précise M. Picard. De fait, l'espace occupé par l'hôtel serait limité à six étages, soit l'équivalent du bâtiment existant. Les étages supplémentaires seraient réservés pour la fonction résidentielle.

Construction en paliers

Après des simulations, la Ville a décidé d'imposer une construction en paliers. Ainsi, l'équivalent de 15 % de l'emprise au sol pourrait atteindre la limite de 40 mètres de hauteur et 30 % pourrait atteindre 36 mètres. La balance oscillerait entre 28 et

32 mètres, donc autour de huit étages. «À 40 mètres sur tout le lot, ça aurait été un peu excessif», concède le conseiller municipal responsable des dossiers d'urbanisme, qui s'est inspiré en partie du PPU de Sainte-Foy, où les hauteurs ont aussi été modulées.

À noter que les terrains convoités par Best Western ne lui appartiennent pas en totalité. Une compagnie à numéros référant à Joey Thiffault a déjà mis la main sur trois des six propriétés visées. Il s'agit d'édifices à logements encore habités. Une petite maison est encore la propriété d'un particulier. Deux lots, transformés en stationnement, ont été acquis par expropriation par le Réseau de transport de la Capitale en 2008.

Selon le porte-parole Alexandre Lavoie, le RTC avait déjà en tête d'aménager un terminus à cet endroit. Le PPU de Saint-Roch confirme maintenant la concentration des autobus sur la rue du Roi. Les arrêts situés sur la rue Saint-Joseph seront ainsi déplacés vers le nord. Du côté de l'hôtel, une salle d'attente tempérée doit être aménagée au rez-de-chaussée ainsi qu'un centre d'information et une salle d'attente pour les chauffeurs puisque plusieurs changements de garde se font dans Saint-Roch.

Pour les étages au-dessus, un partenariat public-privé (PPP) est envisagé. M. Lavoie affirme que la formule n'est pas encore arrêtée. Une entente pourrait être conclue directement avec Best Western ou un appel d'offres public pourrait être lancé.

Le train se mettra réellement en marche quand les voies de circulation du quadrilatère auront été repensées. La Ville de Québec veut permettre le trafic dans les deux sens sur la rue Saint-Joseph, entre Dorchester et de la Couronne, de façon à ce que les véhicules venant du nord puissent rouler vers l'est sans faire un détour par le boulevard Charest. Le sens unique de la rue du Roi sera quant à lui inversé pour les automobilistes tandis que les autobus pourront désormais circuler dans les deux sens. Le poste en commun de taxi sera transféré sur la rue Notre-Dame-des-Anges.

Une femme apprend que sa maison pourrait être démolie

C'est Le Soleil qui a appris à Gisèle Castonguay-Cloutier que sa petite résidence de la rue De La Salle était incluse dans le pâté de maisons pouvant être démoli pour faire place à un nouvel édifice en hauteur. Les documents présentés mardi par la Ville de Québec montrent bien comment les bâtiments situés derrière l'hôtel Best Western seraient rasés pour permettre une nouvelle construction d'un seul bloc.

Mme Castonguay-Cloutier était étonnée, mais pas tant que ça. Elle était au courant que l'hôtelier Joey Thiffault voulait éventuellement agrandir, mais «le monsieur m'a toujours dit qu'il me laisserait tranquille», a souligné la dame. De toute façon, elle insiste : sa maison n'est pas à vendre.

«J'ai le droit de refuser», a-t-elle répété à plusieurs reprises mardi, précisant qu'elle a déjà dit non à d'autres offres.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer