Parade des jouets: vers Limoilou, et plus loin encore

Partager

(Québec) En plus de traverser les quartiers Saint-Sauveur et Saint-Roch, la Parade des jouets se prolongeait cette année dans Limoilou. Les familles et le beau temps étaient au rendez-vous, et les organisateurs étaient satisfaits d'avoir passé le test de ce qu'ils considèrent comme une année charnière pour le défilé qui lance les festivités de Noël dans la capitale.

À l'oeil, les organisateurs évaluent la foule à 80 000 personnes, comme les autres années, sur la portion du trajet qui va du parc Durocher à la rue Prince-Édouard, et ajoutent plusieurs milliers de personnes à l'estimation pour la 3e Avenue. Mais pour la première fois, une étude d'achalandage a été menée et ils seront éventuellement en mesure de donner de «vrais» chiffres.

Pour cette 11e présentation, le thème était... Noël. «Ça fait drôle, je sais, mais on est revenu à la source», indique Pierre Dolbec, président de la Parade et vice-président de la Fondation Réno-Jouets, qui a cette année encore rempli trois camions de jouets qui seront remis à neuf pour les plus démunis.

Encore plus lumineux

Les joues rouges et les yeux brillants, petits et grands ont bougé à l'invitation de 400 danseurs, mascottes, lutins et musiciens et ont regardé passer une quarantaine de chars allégoriques. «Quatre-vingts pour cent étaient modifiés ou refaits», signale M. Dolbec. «On a amélioré la qualité des chars allégoriques, et l'an prochain, on va essayer de les rendre encore plus lumineux et développer le volet animation, avec entre autres différentes sections de l'armée, comme les Voltigeurs.»

Les enfants ont aussi pu remettre leur lettre au père Noël, dont le char constituait bien sûr le point d'orgue du défilé. Annie Brocoli et Ronald McDonald étaient aussi en vedette.

La foule, dense le long de la rue Saint-Joseph, devenait clairsemée à l'approche du pont Dorchester de la rue du Pont. «On s'y attendait un peu, mais c'est le trait d'union, il faut passer par là pour se rendre à Limoilou», explique Pierre Tremblay, des Ateliers artistiques Balthazar, où sont conçus et fabriqués les chars allégoriques.

Sur la 3e Avenue, les spectateurs étaient si nombreux que la parade s'est poursuivie sur une vingtaine de mètres sur le chemin de la Canardière.

La Parade semble s'être bien remise des difficultés financières qu'elle a connues en 2010. «L'an dernier, nous avons fait un peu d'argent, cette année, nous terminerons kif-kif, sans faire de déficit, c'est certain», indique Pierre Dolbec. Sur un budget total de plus de 200 000 $ (comprenant les services offerts par la Ville et les produits donnés par des compagnies), il compte 80 % de commandites privées et 20 % de commandites publiques.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer