Écoquartier de la Pointe-D'Estimauville: un premier lot mis en vente

La Ville de Québec souhaite faire de la... (Photo fournie par la Ville de Québec)

Agrandir

La Ville de Québec souhaite faire de la Pointe-D'Estimauville un écoquartier exemplaire qui revalorisera le secteur et le réintégrera à la trame urbaine.

Photo fournie par la Ville de Québec

Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) Le projet d'écoquartier à la Pointe-D'Estimauville, c'est parti. La Ville a mis en vente hier un terrain de 62 000 mètres carrés pour les promoteurs intéressés à y bâtir un quartier écoresponsable.

C'est le comité exécutif de la Ville qui a autorisé hier matin la mise en disponibilité d'un lot pour la réalisation de la phase un de l'écoquartier de la Pointe-D'Estimauville. Le terrain, qui pourra accueillir 630 unités d'habitations et environ 20 400 mètres carrés d'espaces administratifs et commerciaux, est situé au sud du boulevard Sainte-Anne, à l'est de l'avenue D'Estimauville et au nord de l'emprise ferroviaire. Sa mise en vente rapportera au minimum 1 million $, estime-t-on, soit un montant minimal de 16 $ le mètre carré.

L'objectif de ce geste est de permettre la publication d'un appel d'offres pour faire démarrer le projet. Cet appel de propositions sera publié d'ici le 21 décembre, a confirmé la porte-parole de la Ville Marie-Christine Magnan. Les résultats pourraient être connus en mars.

Les intéressés devront donc à la fois proposer un prix d'achat pour le terrain et détailler le projet qu'ils veulent y réaliser. «Les proposants, lorsqu'ils seront retenus, auront à acheter le lot. Donc, le promoteur dépose un projet. S'il remporte la mise, il se porte acquéreur du terrain et après il procède au développement», a expliqué Mme Magnan.

«Secteur prioritaire»

«La Ville de Québec souhaite faire de la Pointe-D'Estimauville un écoquartier exemplaire qui revalorisera le secteur et le réintégrera à la trame urbaine. Il s'agit d'un secteur prioritaire de développement pour la Ville», lit-on dans la décision des élus du comité exécutif.

Lors de l'appel de propositions préliminaire, lancé en décembre 2010 et prolongé en mai dernier, la Ville a reçu deux propositions de développement pour la Pointe-D'Estimauville. Des projets que le maire Régis Labeaume avait qualifiés d'audacieux, d'intéressants et de sérieux. Le maire s'attend à ce que les mêmes groupes tentent leur chance dans l'appel d'offres formel. «Ceux qui avaient déposé devraient revenir, et il pourrait y avoir des nouveaux joueurs aussi, c'est permis», a indiqué M. Labeaume hier. Les consortiums en lice étaient tous québécois et étaient formés de promoteurs, d'investisseurs, d'architectes et d'urbanistes. Ils étaient aussi associés à des partenaires étrangers.

En tout, l'écoquartier de D'Estimauville couvrira 21 hectares. Déjà, on sait que la Ville veut construire dans ce secteur un centre communautaire et un immeuble qui abritera les bureaux municipaux du service du développement durable. Régis Labeaume aimerait bien voir apparaître une deuxième tour de bureaux qui abriterait des fonctionnaires. Cela n'est cependant pas chose faite. Le maire espère que le développement de l'écoquartier, l'arrivée de commerces de proximité et la construction d'un centre communautaire créeront une atmosphère favorable à la venue de travailleurs dans le secteur.

Pour ce qui est de l'autre écoquartier, celui de la Pointe-aux-Lièvres, le maire avait annoncé au début du mois que l'appel d'offres ne sera lancé qu'en février, car la Ville veut d'abord connaître l'ampleur de la décontamination à effectuer.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer