Ville de Québec: la réduction du nombre d'élus finalement adoptée

Anne Guérette a expliqué qu'elle «refusait de participer... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Anne Guérette a expliqué qu'elle «refusait de participer à ce simulacre de démocratie».

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

(Québec) Les élus municipaux de Québec ont tranché : le plan de réduction des conseillers qui sera présenté au ministre des Affaires municipales comportera 21 élus. Mais le vote ne s'est pas fait sans heurt, la conseillère Anne Guérette ayant claqué la porte à ce «simulacre de démocratie».

Les conseillers appelés jeudi à une séance extraordinaire du con­seil ont d'abord dû se prononcer pour ou contre une réduction du nombre d'élus. Les indépendants ont dit se sentir piégés, alors qu'ils n'avaient pas la possibilité de proposer une hausse. Ce premier vote a donné lieu à un coup d'éclat de la conseillère indépendante du district du Vieux-Québec-Montcalm, Anne Guérette, qui a refusé de se prononcer. Au lieu de cela, elle s'est levée et a quitté la salle en coup de vent, sans explication.

Questionnée sur son geste à la fin de la séance, elle a expliqué qu'elle «refusait de participer à ce simulacre de démocratie». Elle dit avoir senti un piège «et que les médias allaient dire : "Guérette, Guilbault, Bussières sont con­tre." On n'est pas contre. Je suis en faveur d'un projet intelligent, cohérent, un projet qui a à coeur d'améliorer la gouvernance de notre ville. Et il n'y a rien de ça qui a eu lieu», a-t-elle déploré.

En l'absence de Mme Guérette, la réduction du nombre d'élus a finalement été adoptée. Le maire Régis Labeaume a rejeté du revers de la main les critiques de ceux qui craignent qu'un déficit démocratique s'installe à Québec. «Je ne connais pas une ville où un simple citoyen peut autant exprimer son idée, et on me parle de déficit démocratique!» a-t-il lancé.

Le scénario des 20 élus a ensuite été rejeté à l'unanimité.

Lors de l'étude de l'option de 21 élus, pour laquelle le maire Labeaume avait affiché sa préférence, le conseiller d'Équipe Labeaume Patrick Paquet a voulu apporter un amendement afin de réduire le nombre d'arrondissements de six à quatre, avec 21 conseillers.

Il proposait cinq élus pour La Cité-Limoilou, quatre pour Sainte-­Foy-Sillery, suggérait de fusionner Les Rivières et La Haute-Saint-Charles et de leur octroyer six élus et Beauport et Charlesbourg avec également six élus. L'amendement a causé une discussion animée durant laquelle Yvon Bussières a contesté la décision du président du conseil de recevoir l'amendement, estimant qu'il était hors sujet. Il a été appuyé dans sa démar­che par Raymond Dion, d'Équipe Labeaume, et par le conseiller indépendant Jean Guilbault.  

La proposition d'amendement a été rejetée, avec un seul conseiller en faveur, soit M. Paquet.

Le scénario de 21 élus a finalement été adopté avec la dissidence d'Yvon Bussières et de Jean Guilbault. M. Bussières s'est dit «indigné» et «déçu de la Ville de Québec».

Régis Labeaume dit avoir l'impression que les conseillers de La Cité-Limoilou ont convaincu leurs collègues. Car cela fera en sorte que l'arrondissement conser­vera un élu de plus. Dans sa décision, le comité exécutif fait valoir que l'arrondissement 1 est celui où «l'on retrouve la plus grande concentration de pauvreté, d'immigrants et de familles monoparentales». Les requêtes et les plaintes y sont aussi les plus nombreuses.

Labeaume «très heureux»

Le maire Labeaume s'est dit «très heureux» de l'issue du vote, même s'il est conscient qu'il est difficile de faire ce genre de réforme. Mais il estime que c'est un geste «important à poser pour la vie démocratique» et il croit avoir la population derrière lui.

Maintenant, le tout est entre les mains du ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard, qui décidera d'inclure ou non cette modification législative dans le projet de loi 30, qui est présentement à l'étude à la Commission de l'aménagement du territoire.

La Ville n'a «aucune assurance du ministre» qu'il le fera, et le maire se dit «convaincu qu'il y a d'autres élus au Québec qui ne veulent pas que cette loi-là passe parce qu'ils ne veulent pas qu'on leur demande de faire la même chose chez eux [...] et diminuer le nombre de collègues». Malgré tout, M. Labeaume espère un dénouement positif d'ici les Fêtes.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer