Infrastructures de béton: contrer la corrosion avec le plastique plutôt que l'acier

(Québec) La Ville de Québec croit bien avoir trouvé une solution aux problèmes de corrosion qui gruge les infrastructures de béton : changer l'armature d'acier sur laquelle on coule le ciment par des barres... de plastique!

C'est ce que la Ville a commencé à faire dans le stationnement souterrain de l'édifice La Chancelière, un HLM de la rue du Roi, dans Saint-Roch. «On a fait un premier essai dans une partie du stationnement de l'hôtel de ville, et on a pu constater que les bénéfices annoncés ont été obtenus. On voulait donc l'essayer à une plus grande échelle et le prochain projet était celui-là [de la rue du Roi]», a dit Louis Pageau, ingénieur en structure à la Ville.

Les barres d'acier sont depuis longtemps utilisées pour renforcer les structures de béton, qui autrement s'effriteraient beaucoup plus facilement. Le hic, toutefois, est que l'acier (mélange de fer et de carbone) peut rouiller et devenir plus fragile, et que les sels de déglaçage en accélèrent la corrosion. C'est pour éviter ce problème, au moins en bonne partie, que Québec commence maintenant à utiliser des barres de «plastique renforcé à la fibre de verre» (PRF), qui ne se corrode pas.

Plus durable, moins cher

Dans le cas des dalles de béton du stationnement de La Chancelière, dit M. Pageau, cela fera passer la durée de vie «de 30 à 70 ans». Et le plus beau de toute cette histoire, ajoute-t-il, c'est que les coûts de construction (sans même compter l'entretien) sont d'environ 5 % plus bas avec ce matériau qu'avec l'acier. Le budget pour refaire ce stationnement était d'ailleurs de 2,4 millions $, alors que la soumission acceptée se chiffrait à seulement 1,6 million $.

Alors pourquoi ne pas s'être «converti» plus tôt, comme d'autres provinces telle l'Ontario? En partie parce que la recherche a dû résoudre quelques problèmes que le PRF avait à ses débuts, et en partie parce que Québec n'avait pas encore l'expertise pour s'en servir. Pour l'actuelle réfection, la Ville a d'ailleurs fait appel à la firme EMS ingénierie, à qui le PRF est déjà familier.

Selon Gino Pelletier, ingénieur en structure chez EMS, ce matériau a des propriétés différentes de l'acier, étant plus résistant, mais aussi plus souple. Il se comporte en outre moins bien sous de fortes compressions et ne doit donc pas être utilisé comme armature dans des colonnes, mais trouve tout de même de nombreuses applications.

Et il est bien possible que Québec s'en serve de plus en plus à l'avenir. «Il y a d'autres projets où ce serait possible, on va évaluer si c'est souhaitable», a indiqué M. Pageau.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer