Boisé St-Émile: Labeaume reste intraitable

Les citoyens de Saint-Émile sont nombreux à profiter... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les citoyens de Saint-Émile sont nombreux à profiter des zones forestières menacées par le développement résidentiel.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les citoyens qui veulent sauver leurs boisés à Saint-Émile n'ont pas attendri l'administration Labeaume. Au contraire.

«Pour certains, on dirait que couper un arbre, c'est pire que la mort d'un Haïtien!» lançait, irrité, le maire Régis Labeaume hier, lors de la séance du conseil municipal.

Les citoyens de Saint-Émile s'étaient à nouveau mobilisés hier soir pour venir dire leur mécontentement face aux projets de construction dans cinq zones forestières.

Le maire Régis Labeaume ne leur a pas laissé grand source de réconfort. «On a à gérer une ville où il y a un manque de logements, rappelle le maire. Moins il y a de logement, plus les prix montent et quand les prix montent, les plus pauvres écopent.»

Eh oui, ajoute le maire, les terrains où l'on peut construire sont souvent boisés.

Le vice-président au comité exécutif François Picard, chargé de l'aménagement du territoire, a promis un développement plus harmonieux pour l'avenir. «Est-ce qu'on peut revoir la manière de construire pour que ce soit plus en harmonie avec la nature?» demande M. Picard.

Une consultation publique sur les projets de Saint-Émile se tiendra au cours des prochaines semaines.

Records battus

Malgré la crise économique, la Ville de Québec a battu des records en matière de construction en 2009. La valeur des permis a augmenté de 20 % l'an dernier par rapport à 2008, atteignant 1,016 milliard $.

Ces chiffres viennent en écho aux statistiques positives de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) qui révélait la semaine dernière que Québec est le seul centre urbain de plus 100 000 habitants au Québec à avoir vu ses mises en chantier croître en 2009. Le nombre de permis a aussi crû, passant de 10 962 en 2008 à 11980 en 2009 et le nombre de logements créés, de 36 %. C'est toujours l'arrondissement Les Rivières qui vit la plus forte croissance.

Depuis la fusion municipale, plus de 87 kilomètres de nouvelles rues ont été ouvertes et 13500 unités d'habitation ont fait leur apparition.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer