La centrale de police du parc Victoria en désuétude

Montrant des signes de désuétude et même d'insalubrité... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Montrant des signes de désuétude et même d'insalubrité par endroits, la centrale de police du parc Victoria semble arriver à la fin de sa vie utile.

Le Soleil, Steve Deschênes

Jean-François Néron
Le Soleil

(Québec) Dégâts d'eau à répétition, présence de vermine, locaux con­damnés, absence de sécurité, exiguïté des lieux. Depuis longtemps décriée, la centrale de police du parc Victoria arrive à la fin de sa vie utile. La Ville cherche d'ailleurs activement le meilleur endroit au centre-ville où reconstruire un édifice flambant neuf.

Au mois de mars, un rat a été... - image 1.0

Agrandir

Au mois de mars, un rat a été vu à l'intérieur du poste de police, mais les nombreux pièges n'ont pas permis de mettre le grappin dessus.

Depuis 2008, les employés de la cour municipale doivent se munir d'un masque et de gants pour se rendre dans la salle des archives située au sous-sol de l'immeuble. Un dégât d'eau survenu à l'été 2007 a fait apparaître des champignons et endommagé des documents importants.

En mars dernier, la rupture d'une conduite d'alimentation en eau à l'étage a causé d'autres dégâts jusqu'au sous-sol, en passant par le rez-de-chaussée. À l'ouverture de certains murs lors des travaux de rénovation, on craignait de découvrir la présence d'autres champignons. Fausse alerte.

Au même moment, un rat circulait dans la bâtisse. Il a été impossible de mettre le grappin dessus malgré l'installation de ratières. À ce jour, on ne sait pas comment il a pénétré à l'intérieur. L'avis de recherche est maintenu.

Ce sont autant d'incidents qui illustrent le découragement des policiers et des employés civils du poste de police, et des travailleurs de la cour municipale, deux services qui se trouvent sous le toit de la centrale. «C'est désuet. Ça fait des années qu'on le dit. Il faut une autre centrale adaptée aux besoins d'aujourd'hui», lance le président de la Fraternité des policiers et des policières de la Ville de Québec (FPPQ), Jean Beaudoin.

Mais le constat le plus sévère est porté par le président des cols blancs, Jean Gagnon. «Ces locaux sont complètement inadéquats. Ça frise l'insalubrité à des places. Par exemple, il y a eu des urinoirs qui coulaient par le plafond sur la tête du monde qui travaillait un étage en dessous», déplore-t-il.

Celui-ci rappelle que le bâtiment n'a pas été construit pour accueillir autant de monde. «Il y a un problème d'espace. Il faut donner un lieu de travail adéquat pour les travailleurs, pas chromé, mais correct. C'est pas pensable qu'en 2010 on fasse travailler quelqu'un avec le matériel qu'il y a là. Ça ne peut pas durer encore bien longtemps. À court terme, il faut qu'ils [la Ville] fassent quelque chose.»

M. Gagnon s'inquiète aussi du fait que la centrale est une «vraie passoire». En fait, les gens qui se rendent à la cour municipale peuvent, quasiment à leur guise, avoir accès à l'ensemble des locaux du service de police. Une situation anormale, selon lui.

À ce sujet, Le Soleil a appris que la Ville s'apprête à «sécuriser les lieux». Prochainement, les citoyens qui se rendront à la cour emprunteront un corridor distinct de celui qui mène aux locaux du poste de police. Dorénavant, seul le personnel autorisé pourra accéder aux étages réservés aux membres du Service de police.

Parmi les «priorités»

Le vice-président du comité exécutif, responsable des infrastructures, le conseiller François Picard, demeure prudent sur la progression du dossier de cons­truction d'une nouvelle centrale. «Nous jonglons avec certaines options qui ne sont pas tout à fait arrêtées pour l'instant», lance-t-il, confirmant du même coup que la Ville recherche des terrains au centre-ville qui pourraient accueillir un nouvel édifice, sans exclure l'emplacement actuel.

Du même souffle, il précise qu'aucune construction n'est prévue pour l'an prochain. Sans vouloir confirmer si le projet sera inscrit au programme trien­nal d'immobilisations (PTI) présenté d'ici deux semaines, il admet qu'il fait partie des «priorités» de l'administration Labeaume. La direction du Service de police a fait une liste de ses besoins qui permettra éventuellement de mettre un juste montant sur le coût de cons­truction.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer