Le RTC songe à tripler sa flotte de minibus électriques

Un des neuf bus électriques du RTC...

Agrandir

Un des neuf bus électriques du RTC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le RTC pourrait tripler sa flotte de minibus électriques au cours des prochaines années. Un des scénarios à l'étude est de cons­truire un garage pouvant abriter 24 Écolobus.

«L'autre scénario est un garage pour 12 autobus électriques», a précisé, hier, le porte-parole de la société de transport, Claude Lévesque. Pour l'heure, le Réseau de transport de la Capitale (RTC) loue des locaux dans Limoilou pour ses neuf bus électriques de fabrication italienne. «Il n'y a pas assez d'espace dans le garage actuel pour accueillir d'autres véhicules et pour répondre à notre expansion», a-t-il expliqué.

Le RTC a prévu une somme de plus de 7,3 millions $ pour la cons­truction de nouvelles installations. Cette dépense est admissible à une subvention du gouvernement québécois couvrant 75 % des coûts. «Nous avons identifié deux ou trois terrains potentiels où pourrait être construit le nouveau garage», a dit M. Lévesque. Il est question de débuter les travaux en 2010.

Le RTC, dont la composition du conseil d'administration sera gran­dement modifiée à la suite des dernières élections, n'a pas arrêté une décision quant à l'utilisation des nouveaux véhicules. «Il y a bien des possibilités. Les bus électriques pourraient être utilisés dans les endroits où il y a moins d'achalandage. On pourrait aussi employer des autobus hybrides plus petits que les autobus réguliers», a avancé M. Lévesque.

Par ailleurs, la gratuité pour monter à bord des minibus électriques qui sillonnent le Vieux-Québec depuis près de deux ans pourrait être retirée en mars prochain, soit au moment où le projet-pilote d'utiliser ces véhicules non polluants prendra fin. La décision de maintenir ou non la gratuité sera fort probablement con­firmée lors de l'adoption du budget du RTC au plus tard le mois prochain.

Le gouvernement du Québec a accordé une aide financière de 4,2 millions $ pour le projet-pilote. De son côté, Ottawa a allongé 2 millions $ et la Ville de Québec, 5,7 millions $. La part du RTC n'a été que de 325 000 $.

Moins énergivore

Les Écolobus qui sont fabriqués par la petite entreprise italienne Tecnibus coûtent 350 000 $ pièce, sans la batterie. À elle seule, la batterie revient à 50 000 $. Le prix d'un autobus standard de Novabus est d'environ 450 000 $.

Les autobus électriques sont moins coûteux en énergie. On estime que l'électricité consommée par un Écolobus coûte environ 3,25 $ par jour. Les frais de carburant d'un autobus avec moteur diesel sont par contre nettement plus élevés. En haute saison estivale, les Écolobus transportent jusqu'à 2000 passagers par jour en moyenne. À ce temps-ci de l'année, l'achalandage tombe à moins de 800 passagers.

Lundi soir, le conseil municipal de Québec a approuvé un règlement d'emprunt de 780 000 $ pour des analyses préliminaires et l'achat d'un terrain pour la cons­truction d'un centre Écolobus.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer