Projet de grande mosquée: tract antimusulmans

Il est prévu que la grande mosquée s'installera... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Il est prévu que la grande mosquée s'installera dans le complexe de l'ancienne caisse populaire du chemin Sainte-Foy.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

(Québec) Le conseiller municipal du district de la Cité universitaire, Jérôme Vaillancourt, a tenu à se dissocier hier d'un tract anti-musulmans qui circule depuis quelques jours à Sainte-Foy et sur lequel son nom a été inscrit.  L'élu a même remis le document anonyme à la police de Québec.

Le tract en question dénonce le projet de grande mosquée du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), qui s'installera d'ici l'été dans les anciens locaux de la caisse populaire de Sainte-Foy à l'angle de la route de l'Église et du chemin Sainte-Foy.

Intitulé «Intégration ou intégristes?» et montrant une photo du bâtiment aux côtés d'images de femmes voilées et de musulmans en prière, le tract lie la fermeture du centre d'entraînement  féminin Curves, qui a déclaré faillite, à l'achat du bâtiment par le CCIQ.

«Il aurait été naïf de croire que l'achat du complexe de la caisse populaire Desjardins par le Centre culturel islamique de Québec mènerait à la tolérance des musulmans envers le centre de conditionnement pour femmes! Le Curves s'est bien évidemment rapidement vu expulsé (sic) de ses locaux et ses clients dirigés vers la Protection des consommateurs», peut-on lire dans le tract.

«Si les Québécois leur font de la place, les musulmans, eux, ne renverront jamais l'ascenseur. Faites part de votre mécontentement au conseiller municipal de Sainte-Foy», ajoute-t-on en donnant les coordonnées de M. Vaillancourt.

Vaillancourt mécontent

Rappelant qu'il avait travaillé avec le CCIQ pour faire avancer le projet de grande mosquée, M. Vaillancourt était fort mécontent d'être associé au document. Il a ajouté qu'une banderole sur laquelle étaient inscrits les mots «Non à la mosquée» avait également été installée près du chemin Saint-Louis il y a quelques semaines, mais qu'elle avait été retirée très rapidement.

«Je me dissocie de ces gestes et je les dénonce. C'est odieux qu'on ait mis mon nom là-dedans, car ça pourrait porter à croire que j'appuie ces commentaires», a expliqué le conseiller municipal, qui a appris l'existence du tract après avoir reçu de nombreux appels et courriers électroniques de mécontentement.

«Certains étaient fâchés contre moi, car ils pensaient que j'étais raciste, alors que j'ai aussi été contacté par des personnes qui dénonçaient l'installation du CCIQ dans le secteur», poursuit-il.

«J'ai remis le tract aux policiers, car je me disais que ça pouvait être diffamatoire. Je rencontrerai un sergent détective mardi afin de voir s'il y a quelque chose à faire avec ça. Évidemment, le fait que ce soit anonyme complique un peu les choses.»

«Je n'ai rien à reprocher au projet de grande mosquée, bien au contraire, je crois qu'il pourra donner un nouveau souffle à ce secteur et améliorer sa diversité commerciale. C'est triste, car les musulmans de Québec s'intègrent bien à la communauté et ne sont pas des intégristes. Je crois que la majorité des gens du quartier n'a rien contre le projet», conclut M. Vaillancourt.

Déception dans la communauté

Des membres de la communauté musulmane de Québec étaient déçus, mais résignés, hier, à la suite à la distribution d'un tract anonyme critiquant le projet de grande mosquée.

«C'est dommage, car ça crée de la haine. Moi, ça fait 20 ans que je suis à Québec et je n'ai jamais eu de problème. Nous vivons en société, nous vivons en paix et nous souhaitons que ça continue comme ça», a commenté Azzedine Soufiano, propriétaire de l'épicerie et boucherie Halal située sur le chemin Sainte-Foy, après avoir lu le tract.

«Je trouve ça déplorable, mais que peut-on faire? Si le tract avait été signé, on aurait pu poursuivre ses auteurs en diffamation, mais il est anonyme, alors on laisse passer le train!» enchaîne Boufeldja Benabdallah, président du CCIQ et installé à Québec depuis 40 ans.

Fermeture du Curves

«Nous n'avons rien à voir avec la fermeture du Curves, qui a déclaré faillite. Leur bail se terminait en décembre 2009 et nous souhaitions l'honorer pour ensuite prendre possession des locaux, car nous en avons besoin dans notre projet de relocalisation», ajoute le président.

En fait, les anciens locaux du centre d'entraînement féminin, au premier étage, abriteront la salle de prière pour les femmes, qui comptera 250 places, alors que la salle de prière des hommes sera située au rez-de-chaussée et pourra accueillir 500 fidèles.

Les bureaux administratifs du CCIQ seront au premier étage, du côté ouest, alors que le sous-sol logera la salle d'ablution, une salle de classe, une cuisine et une garderie. Les travaux de la première étape de ce projet de 1 450 000 $ devraient commencer en avril, une fois obtenu l'aval de la Ville de Québec, pour être complétés en juin.

«Nous ne sommes pas des intégristes! Je suis Québécois : je mange de la poutine, je pêche à la mouche, et mes enfants ont un très bel accent québécois. Je n'aime pas la dispute, je crois que toutes les religions peuvent cohabiter de façon harmonieuse dans notre belle ville», conclut M. Benabdallah.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer