Lac-Mégantic: cinq victimes et toujours une quarantaine de personnes disparues

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) Alors que les flammes étaient enfin éteintes dimanche sur les lieux de la catastrophe ferroviaire qui a rasé la moitié du centre-ville de Lac-Mégantic, la Sûreté du Québec a risqué un chiffre quant au nombre de disparus, soit une quarantaine de personnes qui manqueraient toujours à l'appel en plus des cinq victimes mortes trouvées par les enquêteurs.

«C'est un chiffre qui est monté et est descendu pendant la journée, car on nous signalait d'autres personnes disparues, mais aussi que des personnes avaient été retrouvées. Il ne faut pas oublier qu'une grande partie de la scène n'est pas accessible pour des raisons de sécurité. On devrait toutefois pouvoir y aller au cours des prochaines heures», déclarait le sergent Benoît Richard de la Sûreté du Québec en fin de journée.

C'est que les pompiers de Lac-Mégantic ont finalement réussi à venir à bout du brasier dimanche après-midi. «Il nous restait deux réservoirs toujours en flammes ce matin. Nous les avons arrosés avec de la mousse et ça a porté fruit. Vers 13h, tout était éteint. Nous continuons à les arroser avec de l'eau pour les refroidir», a expliqué Denis Lauzon, chef des pompiers de Lac-Mégantic.

Les pompiers ne peuvent toutefois pas encore s'approcher des réservoirs, où il reste toujours du pétrole. «C'est dangereux à cause de la pression dans les réservoirs. Seuls les pompiers vêtus de vêtements de protection peuvent entrer dans la zone rouge», poursuit M. Lauzon.

L'effectif de pompiers est passé de 150 à 75 durant la journée de dimanche, mais le chef des pompiers de Lac-Mégantic assure que ceux-ci seront sur place pour plusieurs jours encore. «Il y a encore du travail à faire pour éviter d'autres explosions ou une reprise de l'incendie.»

Aussi, environ la moitié des 2000 sinistrés, à savoir ceux qui avaient été évacués en raison de craintes quant à la qualité de l'air, pourront vraisemblablement retrouver leur domicile aujourd'hui, puisque les enquêteurs de la sécurité civile n'ont trouvé que très peu de signes de contamination dans leur secteur.

Pendant ce temps, le bureau du coroner déployait l'artillerie lourde pour faire face à la catastrophe, soit la mise en place de la structure de gestion de décès multiples, qui n'est que très rarement utilisée. «Personnellement, je peux vous dire que c'est la première fois en cinq ans qu'elle est utilisée. Je ne sais pas si elle l'a été avant», expliquait la porte-parole du Bureau du coroner, Geneviève Guilbault.

Tous les corps retrouvés dans les décombres seront envoyés au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal pour identification. «Les corps que nous avons retrouvés étaient dans un état de brûlure avancé», explique-t-elle, ajoutant qu'outre l'identification visuelle, les fiches dentaires et l'ADN pourraient être utilisés pour identifier les corps.

«C'est la désolation»

«Nous sommes prêts à faire face à toutes les expectatives, alors nous savons aussi qu'il y aura peut-être des corps qui ne pourront être retrouvés en raison de l'intensité du brasier», souligne Mme Guilbault.

La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, a qualifié la tragédie de perte énorme. «Quarante disparus, c'est inimaginable de penser qu'autant de gens que l'on connaît ne sont plus là. C'est la désolation.»

Pour ce qui est des dommages matériels causés par les flammes, il est difficile de les évaluer, mais Francis Corriveau, expert en sinistres et copropriétaire de la firme Déry, Barrette et Associés, avance que les pertes de ses clients pourraient avoisiner les 50 millions $.

«Nous avons ouvert de 40 à 50 dossiers ici, mais il y a encore beaucoup d'inconnues. Non seulement ces gens ont tout perdu, mais ils ne savent pas quand ni même s'ils pourront reconstruire. Par exemple, faudra-t-il décontaminer le sol en raison du déversement de pétrole? Si c'est oui, on ne peut pas dire si le commerce pourra reconst ruire sur place. Il faut aussi se demander si Lac-Mégantic possède suffisamment de locaux vacants pour relocaliser tous les commerces détruits», explique-t-il.

M. Corriveau souligne qu'il faudra aussi tenir compte des dégâts causés aux infrastructures comme le réseau électrique, les égouts et les routes. «La facture totale pourrait être beaucoup plus élevée quand tous ces éléments seront considérés.»

Dimanche, le premier ministre Stephen Harper s'est rendu... (Photo La Presse Canadienne) - image 2.0

Agrandir

Dimanche, le premier ministre Stephen Harper s'est rendu sur le lieu du déraillement pour constater les dégâts, en compagnie de la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, et du député de Mégantic, Christian Paradis.

Photo La Presse Canadienne

Harper préoccupé

 En visite à Lac-Mégantic dimanche, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, s'est dit préoccupé par les circonstances de l'accident ferroviaire à l'origine de l'incendie qui a rasé la moitié du centre-ville de cette municipalité de 6000 habitants à cheval entre la Beauce et l'Estrie.

«Aujourd'hui, j'ai entendu des choses qui me préoccupent beaucoup. C'est difficile de s'imaginer comment un tel accident a pu survenir», a déclaré le premier ministre en point de presse, refusant toutefois d'en dire plus pour ne pas s'immiscer dans l'enquête policière.

«Il y aura une enquête, et on trouvera des coupables, des responsables. Ensuite, des directives seront données au gouvernement, et on agira en fonction de ces directives», a-t-il répondu à la question d'une journaliste qui l'interrogeait sur les émotions entretenues par la population de Lac-Mégantic envers la compagnie Montreal, Maine and Atlantic Railway, dont un convoi est à l'origine de la tragédie.

Le premier ministre venait d'effectuer une visite du secteur entourant le lieu du déraillement. «C'est vraiment comme un site de guerre. Il y a encore beaucoup de gens manquants. Il y aura une période difficile ici, une vague d'émotion est à prévoir dans les semaines à venir à mesure qu'on comprendra l'ampleur de la tragédie. Ce sont 30 édifices détruits, et il n'y a pas une famille ici qui n'est pas touchée par ça, qui ne connaît pas quelqu'un qui est disparu.»

Disant avoir confiance en la solidarité de la population et des autorités municipales, provinciales et fédérales, M. Harper a affirmé qu'il était convaincu que Lac-Mégantic réussirait à rebâtir son centre-ville. Il a toutefois refusé de s'avancer quant aux détails d'une éventuelle aide fédérale aux sinistrés.

«Je voudrais exprimer mes condoléances aux familles touchées, mais ce n'est pas la journée pour parler de ça en détail. Nous avons le pouvoir fédéral de régler de telles situations dans l'immédiat, mais nous allons auparavant en parler avec nos homologues des autres gouvernements.»

Encadrement nécessaire, dit Mulcair

Le chef de l'opposition à la Chambre des communes, Thomas Mulcair, a aussi fait un détour par Lac-Mégantic dimanche et a également émis certaines réserves, notamment quant à l'encadrement nécessaire pour les trains transportant des produits pétroliers.

«Que ce soit par rail ou par oléoduc, le transport du pétrole comporte des dangers. Comme le transport de pétrole par rail augmente, il faudrait s'attendre à une augmentation similaire dans la capacité d'encadrer ces convois», a-t-il déclaré en point de presse.

«Est-ce qu'un convoi de 72 wagons-citernes devrait être laissé avec si peu de surveillance? C'est le genre de question à laquelle il nous faudra des réponses. Il faudra une protection accrue à la hauteur d'un danger qui est bien identifié.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer