Beauport: un entrepreneur à l'abri des grévistes

L'entrepreneur Jean-François Proulx a obtenu de la Cour... (Le Soleil)

Agrandir

L'entrepreneur Jean-François Proulx a obtenu de la Cour supérieure une injonction interlocutoire provisoire jusqu'au 3 juillet. Celle-ci lui permettra de terminer la construction d'un immeuble de 12 logements dans Beauport.

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un entrepreneur de Beauport s'oppose à la grève dans la construction. Il a obtenu une injonction de la Cour supérieure, jeudi, pour empêcher les grévistes de s'approcher de son chantier de la rue Saint-Jules.

Un entrepreneur de Beauport s'oppose à la grève dans la construction. Il a obtenu une injonction de la Cour supérieure, jeudi, pour empêcher les grévistes de s'approcher de son chantier de la rue Saint-Jules.

L'entrepreneur Jean-François Proulx a obtenu de la Cour supérieure une injonction interlocutoire provisoire jusqu'au 3 juillet.

Celle-ci lui permettra de terminer la construction d'un immeuble de 12 logements dans Beauport, dont la livraison est prévue le 1er juillet.

Le chantier de M. Proulx a été perturbé par des grévistes au cours des derniers jours. «On se faisait harceler continuellement», a-t-il dit en entrevue au Soleil. «Les gars ont le droit de ne pas faire la grève s'ils veulent travailler.»

Mardi, une trentaine de manifestants ont débarqué au chantier de M. Proulx, qui a dû faire appel aux policiers pour les forcer à quitter la propriété privée.

Accès interdit

L'injonction autorisée par le juge Benoit Malouin de la Cour supérieure interdit aux grévistes de pénétrer sur le chantier de la rue Saint-Jules, d'en interdire l'accès et de menacer les salariés et les entrepreneurs qui s'y trouvent.

Il est aussi interdit aux membres de l'Alliance syndicale de former un piquet de grève de plus de cinq grévistes à moins de 10 mètres du chantier de construction.

Les représentants syndicaux seront toutefois autorisés à aller sur le chantier, mais seulement pour s'assurer que les travaux sont conformes et que les travailleurs possèdent leurs permis.

À noter que l'injonction s'applique uniquement pour le chantier de l'entrepreneur Jean-François Proulx.

Une nouvelle audience est prévue le 3 juillet au palais de justice de Québec pour que la cause soit débattue sur le fond. Avec la collaboration de David Rémillard

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer