David Dulac demande de nouveau sa remise en liberté

Me Véronique Robert... (Le Soleil, Matthieu Boivin)

Agrandir

Me Véronique Robert

Le Soleil, Matthieu Boivin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ex-étudiant en arts visuels de l'Université Laval David Dulac tentera de nouveau d'obtenir sa remise en liberté vendredi, lors d'une requête en révision qui sera présentée en Cour supérieure par sa nouvelle avocate, Me Véronique Robert.

Dulac est ce jeune homme qui avait soumis un projet de fin d'année controversé dans son cours de performance, dans le cadre duquel il souhaitait enlever des enfants, pour ensuite les cacher dans des poches de patates, les accrocher au plafond et les battre à coups de barre de fer. Il est accusé de menaces de mort et s'expose à une peine maximale de 18 mois d'emprisonnement.

Lors d'une apparition éclair mercredi devant le juge Jean-Pierre Dumais, Me Robert a indiqué qu'elle formulerait cette requête en révision demain. Elle remplace ainsi Me Herman Bédard, qui avait échoué à la fin mai dans la première tentative visant à permettre à Dulac de reprendre sa liberté. L'accusé est détenu depuis environ deux mois et demi.

Me Robert est celle qui avait défendu le maquilleur de l'horreur, Rémy Couture, dans sa cause contre le ministère public.

Selon la prétention de Me Robert, le juge Rosaire Larouche a commis une erreur en refusant de remettre Dulac en liberté, il y a quelques semaines. Le juge Larouche avait paru renversé par le plan qui avait été mis en place par Dulac.

L'avocate montréalaise est convaincue que les accusations déposées contre son client ne sont pas justifiées. Elle croit d'ailleurs qu'il est hasardeux de comparer la cause de Dulac et celle de Couture.

«C'est pas une question d'oeuvre, pour moi, c'est un dossier de menaces. Je ne suis pas une philosophe de l'art, je suis une avocate criminaliste, et ma prétention, c'est qu'il n'y a pas de menaces.»

Me Robert a souligné aux journalistes que son client gardait tout de même le moral, même s'il est détenu. «Je le trouve résilient. Il va bien.»

Elle a aussi assuré que plusieurs personnes, dont des professeurs et des étudiants de l'Université Laval, appuient David Dulac. D'ailleurs, une page Facebook a été créée afin de ramasser des fonds pour permettre de payer ses frais de défense.

Me Robert avait commenté le dossier Dulac dans l'édition du Soleil du 3 juin, ainsi que sur son blogue, avant qu'elle ne devienne l'avocate de l'accusé. Essentiellement, elle avait affirmé ne pas comprendre pourquoi des accusations avaient été déposées dans cette affaire, soulignant le caractère impersonnel de la menace. Elle avait alors qualifié le dossier de Dulac de «très, très étrange».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer