Un ancien enseignant de David Dulac ne croit pas qu'il aurait enlevé des enfants

David Dulac, photographié en mai 2012 alors qu'il... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

David Dulac, photographié en mai 2012 alors qu'il offrait des «câlins gratuits» aux étudiants antigrève.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) David Dulac représente peut-être plus un danger pour lui-même que pour les autres, selon Richard Martel, qui a donné le cours de performance au jeune homme il y a à peine six mois à l'École des arts visuels de l'Université Laval. Dulac est accusé de menaces de mort en lien avec un projet scolaire dans lequel il dit vouloir enlever des enfants et les battre à coups de masse de fer. Un plan qu'il n'aurait pas mis à exécution, croit son ancien enseignant.

Richard Martel a donné un cours de performance... (Photothèque Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Richard Martel a donné un cours de performance à David Dulac il y a à peine six mois à l'École des arts visuels de l'Université Laval.

Photothèque Le Soleil

David Dulac a remis son projet le 25 mars. Le lendemain, les autorités de l'Université Laval l'ont expulsé et les policiers l'ont arrêté. Le juge Rosaire Larouche s'est opposé à sa remise en liberté, jeudi.

Richard Martel reconnaît que Dulac «est l'un des étudiants les plus pétés» à qui il a enseigné en carrière. Et il enseigne depuis 1974.

Il décrit David Dulac comme «un gars qui ne parle pas», «absolutiste», qui pousse l'art à l'extrême, et qui a «un regard très spécial». M. Martel a vite été marqué par le style du jeune artiste, souvent porté sur les choses hard, voire gore. «Il y va dans le plus provocant. Est-ce qu'il l'aurait réalisé? Moi, je pense que non», a-t-il dit en entrevue au Soleil.

«Il n'y a pas un être humain qui aurait accepté son scénario», croit Richard Martel, qui tient à préciser que le projet n'a pas été déposé dans son cours de performance, qu'il est le seul à donner tous les deux ans.

Figure reconnue du milieu artistique, plus particulièrement la performance, Richard Martel voit cependant dans la démarche artistique de David Dulac une certaine cohérence, malgré la violence. «Il y a un souci de travailler avec les éléments du jour, de l'actualité et d'en faire une caricature», analyse celui qui est coordonnateur artistique du Lieu, centre d'art actuel présentant régulièrement des performances.

M. Martel était là lorsque le jeune homme s'est automutilé à l'aide d'un couteau X-acto, en décembre, au cours d'une performance présentée devant sa classe. «Quand il s'est mutilé, la musique qu'il a mise [la pièce True Faith du groupe New Order], c'était la musique de [Luka Rocco] Magnotta», se souvient-il. Dulac aurait piraté la bande sonore de la vidéo choquante montrant Magnotta en train de démembrer l'étudiant chinois Lin Jun. «Il utilise les systèmes médiatiques.»

Dulac exposerait une critique de la société et de ses médias dans ses oeuvres, poursuit M. Martel.

Le message de l'oeuvre présentée à la fin mars aurait été de démontrer comment les enfants allaient vieillir dans le monde contemporain pour devenir des adultes amorphes. Selon M. Martel, l'artiste a tenté d'exploiter la «phobie» de la société par rapport à la pédophilie.

Comprenant en partie les intentions derrière son travail, M. Martel se garde de tout cautionner. «Jusqu'où veux-tu aller? Il a pris le côté démoniaque et non pas angélique.»

Multiples provocations

Fervent militant des carrés rouges lors de la grève étudiante du printemps 2012, David Dulac s'est servi de son art pour passer ses messages.

«Dulac propose un véritable manifeste en réponse à la situation actuelle au Québec [la grève étudiante]. Il se transforme temporairement en Jean Charest et invite le public à le lapider pendant qu'il se masturbe», écrivait Alain-Martin Richard dans un article du magazine Inter paru le 6 juin 2012. Rien est au sens figuré. Dulac est bel et bien nu, se masturbant devant le public. M. Richard ajoutait qu'il y voyait une forme «d'activisme de combat».

Mais les différentes performances et les provocations répétées de David Dulac auront peut-être eu raison de lui, extrapole son ancien enseignant. S'il a été arrêté, «c'est aussi parce que ce gars-là a des antécédents», affirme-t-il, spécifiant que sa situation était connue à l'École des arts visuels. Déjà au mois de décembre, lorsqu'il s'est coupé au couteau X-acto, «il était fiché», croit-il.

Si les professeurs le voyaient comme un flyé, les étudiants, ajoute-t-il, «le voyaient comme une personne à aider». Certains d'entre eux ont d'ailleurs laissé des mots d'encouragement sur la page Facebook de David Dulac.

«J'ai hâte d'entendre la décision du juge», a par ailleurs conclu Richard Martel.

David Dulac sera de retour en cour le 12 juin.

«Vous allez tous mourir»

Ce n'était pas la première fois que David Dulac pouvait laisser l'impression qu'il allait porter atteinte à la sécurité d'autrui, relate Richard Martel. Lors d'une autre performance présentée dans les locaux du Lieu, Dulac a prié son ancien professeur de demander quel était le titre de son oeuvre en tout début de prestation. La réponse lancée par Dulac à l'endroit de la foule : «Vous allez tous mourir». Sans raconter tous les détails, M. Martel se souvient que David Dulac, durant sa présentation, est ressorti d'une pièce muni d'un masque et brandissant un cocktail Molotov factice. Certaines personnes ont eu peur et ont quitté la salle, raconte M. Martel. Mais le contenant était rempli d'eau. Richard Martel le savait, ayant vu l'étudiant remplir la bouteille. Selon lui, cet exemple démontre que David Dulac n'est peut-être pas dangereux pour les autres, mais qu'il va chercher chez les gens les émotions les plus vives, les poussant à la limite.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer