Skieur disparu dans les Chic-Chocs: les possibilités de le retrouver s'amenuisent

Même si la tempête souffle encore, les recherches... (Photo Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie)

Agrandir

Même si la tempête souffle encore, les recherches sont reprises dans le parc de la Gaspésie, dans l'espoir de retrouver le randonneur disparu.

Photo Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie

Partager

Johanne Fournier, collaboration spéciale
Le Soleil

(Parc de la Gaspésie) En dépit des conditions climatiques extrêmement difficiles, l'équipe de sauveteurs a repris, jeudi matin, les recherches terrestres visant à repérer un randonneur qui manque à l'appel depuis dimanche matin dans le parc national de la Gaspésie. À cause des vents qui atteignaient parfois les 100 km/h, l'hélicoptère de la Sûreté du Québec (SQ) est demeuré cloué au sol. Plus le temps avance et plus l'espoir de retrouver Bertrand Marcotte devient mince.

Bertrand Marcotte, 36 ans, portait un anorak orange... (Photo fournie par la famille) - image 1.0

Agrandir

Bertrand Marcotte, 36 ans, portait un anorak orange ainsi que des pantalons et une tuque noirs. Il portait aussi un sac à dos.

Photo fournie par la famille

L'escouade  de sauveteurs dépêchée dans le parc... (La Presse, Hugo-Sébastien Aubert) - image 1.1

Agrandir

L'escouade de sauveteurs dépêchée dans le parc de la Gaspésie par la Sûreté du Québec est la même qui a secouru le seul survivant de l'effondrement de terrain d'une carrière de Lanaudière, à la fin janvier.

La Presse, Hugo-Sébastien Aubert

«Comme tout le monde, on craint le pire, surtout qu'on n'a aucun indice, est forcé d'admettre l'agent d'information de la SQ, Claude Doiron. Lors de nos survols d'hélicoptère en soirée, nos agents étaient équipés de lunettes de vision de nuit. Ils avaient aussi en leur possession beaucoup d'équipement spécialisé, notamment pour détecter des bruits au sol.»

Les deux maîtres-chiens de la SQ ont dû battre en retraite. «C'était des conditions trop difficiles pour ces chiens», explique le sergent Doiron.

Les recherches reprendront vendredi matin, mais le policier mentionne qu'en milieu de journée, un état de situation sera dressé par le poste de commandement installé dans le parc, afin de décider si les recherches seront poursuivies ou interrompues définitivement. «Il faut se rendre à l'évidence, laisse tomber Claude Doiron. Ça fera cinq jours que le monsieur est perdu.»

Imposant arsenal de sauvetage

Claude Doiron assure que le maximum de ressources matérielles et humaines a été déployé en marge de cette mission de sauvetage qui est un précédent pour le parc de la Gaspésie. Selon le porte-parole de la SQ, les secouristes ont analysé des informations provenant du public. Ils ont aussi vérifié tous les abris en forêt, les campements, les refuges, les crevasses et tous les endroits où l'homme aurait pu se trouver.

La SQ a dépêché, sur les lieux, son escouade spécialisée en recherche et sauvetage. Ces spécialistes des situations d'urgence disposaient de deux hélicoptères qui survolaient le territoire en alternance. Ces sauveteurs sont les mêmes qui ont secouru, il y a trois semaines, le survivant du glissement de terrain de la carrière Maskimo, à L'Épiphanie, dans Lanaudière.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer