Un policier de Lévis en eau trouble

Le Service de police de la Ville de Lévis a ouvert cette semaine une  enquête... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partager

(Québec) Le Service de police de la Ville de Lévis a ouvert cette semaine une enquête interne concernant l'un de ses employés-cadres, qui a été temporairement réaffecté à des tâches administratives en attendant que la lumière soit faite sur des événements survenus il y a quelques semaines.

«Le syndicat des policiers nous a amené des documents concernant des actes dont il n'a pas été témoin et nous a dit certaines choses qu'il faut vérifier. Nous le ferons en toute transparence», a déclaré hier le directeur du Service de police de la Ville de Lévis, Yves Charette, confirmant les informations obtenues par Le Soleil.

L'employé qui fait l'objet de l'enquête est un capitaine à la gendarmerie, donc un membre du personnel-cadre. «Les gens de son équipe ont été informés qu'il était dorénavant affecté à des tâches administratives. Nous sommes présentement à faire certaines vérifications concernant des allégations que, pour le moment, nous ne pouvons encore qualifier de criminelles», a poursuivi le chef Charette.

Le directeur n'a toutefois pas voulu confirmer ni infirmer les informations que Le Soleil a obtenues de sources du Service de police de Lévis selon lesquelles l'enquête concernait une histoire de falsification de documents.

«À ce moment-ci, on est encore au stade des vérifications. On veut vraiment être sûrs des faits avant d'aller plus loin. Nous attendons certains avis au cours des prochains jours afin de déterminer vers quoi on pourrait se diriger», a déclaré le chef de police, confirmant toutefois que les allégations concernaient des événements survenus à la fin de l'année 2012.

De son côté, le président de la Fraternité des policiers de Lévis et responsable des affaires publiques à la police de Lévis, le sergent Marc Allard, n'a pas voulu commenter l'affaire même si son syndicat en serait à l'origine. «Ce n'est pas un dossier syndical, alors on ne commente pas», a simplement déclaré M. Allard.

Plusieurs précédents

Ce n'est pas la première fois que des policiers de Lévis font la manchette pour les mauvaises raisons au cours des dernières années. En août 2009, un agent de police avait tenté de s'enlever la vie dans les locaux du Service de police alors qu'en septembre 2010, c'est l'ancien directeur du Service, Jean-François Roy, qui avait été arrêté pour une affaire de conduite avec facultés affaiblies.

L'été dernier, l'agent Benjamin Pelletier était suspendu sans solde à la suite de son arrestation. Il a été accusé en novembre d'agression sexuelle, de production et de distribution de pornographie juvénile, d'incitation à des contacts sexuels, d'attouchements sexuels sur une adolescente de 15 ans, de leurre informatique et d'entrave au cours de la justice pour avoir divulgué des informations personnelles.

Le chef Yves Charette avait d'ailleurs manifesté son intention de resserrer le processus d'embauche des policiers à la suite de l'arrestation de l'agent Pelletier.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer