Une pelle mécanique dans la rivière Montmorency

Partager

Sur le même thème

(Québec) Un opérateur de pelle mécanique s'est sorti in extremis d'une noyade certaine jeudi matin lorsque la machinerie dans laquelle il prenait place a basculé dans la rivière Montmorency. Le redoux pourrait avoir causé l'instabilité du sol.

L'accident de travail s'est produit vers 7h55 sur un chantier sous la responsabilité de la Ville de Québec, accessible par la rue des Remous dans le secteur Beauport. Au moment de l'accident, le travailleur de l'entreprise CRT Construction circulait sur un batardeau (digue) érigé pour permettre l'installation d'une prise d'eau sous-fluviale qui alimentera l'usine de traitement des eaux de Charlesbourg.

«Quand on a vu ça, tout le monde s'est enligné dans sa direction», raconte Sylvain Plante, surintendant du chantier et témoin de la scène. À l'instant où lui et les autres s'apprêtaient à porter secours à leur collègue, ils l'ont vu apparaître.

«Il est sorti par la vitre avant. On pense que c'est la vitre avant. Même lui ne savait pas par où il est sorti», ajoute-t-il. Une fois à l'extérieur, le travailleur s'est agrippé à un genre de garde-corps sur une partie de la pelle restée émergée.

Ses confrères de travail ont alors accroché à une grue une cage laissée en permanence sur le chantier en cas d'urgence comme celle-ci. «En moins de cinq minutes, il était sorti de là. On n'a pas paniqué. Il faut juste prendre le temps de prendre les moyens», se félicite M. Plante.

L'opérateur de la pelle, qui cumule une trentaine d'années d'expérience chez CRT, était quelque peu sonné et souffrait d'hypothermie. Il a aussi été coupé aux mains. Il a été conduit à l'hôpital, où il a reçu quatre points de suture à une main. Il a déjà reçu son congé.

Il y a une quinzaine de pieds d'eau à l'intérieur du batardeau où a basculé la pelle. Il faut maintenant penser à l'extirper de cet endroit.

«Nous avons demandé à l'entreprise d'élaborer une procédure de travail écrite signée par un ingénieur permettant de retirer la pelle mécanique de sa fâcheuse position et de le faire de façon sécuritaire», explique Lucie Michaud, porte-parole de la Commission de la santé et de la sécurité du travail. Au moins deux remorqueurs et une équipe de trois à quatre plongeurs participeront à l'opération.

À savoir ce qui a pu se produire pour que l'engin bascule, Mme Michaud demeure prudente. «Est-ce dû au redoux? Est-ce dû à une qualité de sol déficiente. L'enquête nous le dira», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer