Québec se dote de simulateurs de conduite pour ses policiers

Au début, la Ville de Québec a choisi... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Au début, la Ville de Québec a choisi de mettre l'accent sur les policiers, qui représentent la classe d'employés les plus impliqués dans des accidents de la circulation. Sur la photo, un des formateurs policiers, Dominic Petit.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partager

Sur le même thème

(Québec) Un directeur de la Ville de Québec reconnaît que la mort de la jeune policière de Lévis Mélanie Roy a incité les gestionnaires municipaux à offrir un entraînement solide en matière de conduite en situation d'urgence aux quelque 400 patrouilleurs de Québec.

«Cet incident malheureux là nous a incités à aller de l'avant», a affirmé le directeur de la formation au Service de la gestion des équipements motorisés à la Ville de Québec, Yves Dallaire. «Le Service de police de Québec et tous les services de police au Québec sont devenus plus consciencieux.»

Dans ce contexte, la Ville s'est dotée d'un véritable programme de formation et de nouveaux simulateurs de conduite pour ses patrouilleurs, mais également pour ses pompiers et ses cols bleus. Par le passé, les policiers de Québec n'étaient jamais soumis à des mises à jour pratiques sur la conduite en situation d'urgence, après leur sortie de l'École nationale de police. Le Service de police de Québec serait le seul à avoir un tel simulateur dans la province.

Malgré l'accident qui a fauché la vie de l'agente Roy, la police de Lévis n'a toujours pas développé un tel plan de formation, si bien qu'une quinzaine de recrues à peine ont été entraînées pour conduire en situation d'urgence au cours des dernières années. La Commission de la santé et de la sécurité du travail a d'ailleurs déploré cet immobilisme dans un récent rapport d'intervention dont Le Soleil a obtenu copie.

Les décideurs de la Ville de Québec ont choisi de mettre l'accent au début sur les policiers, qui représentent la classe d'employés les plus impliqués dans des accidents de la circulation.

En 2010 et en 2011, tous les policiers ont participé à une formation de conduite préventive, qui se déroulait sur un circuit fermé, avec des obstacles. Un genre de retour à la base.

Pour tous les patrouilleurs

Et depuis octobre 2012, 140 patrouilleurs ont pu s'entraîner à la conduite d'urgence sur un des simulateurs de la Ville de Québec, achetés au coût total de 600 000 $. Tous les patrouilleurs devraient avoir été formés d'ici la fin de 2013 sur le simulateur. En 2014 et en 2015, les patrouilleurs seront de nouveau appelés à se rendre sur un circuit fermé, pour mettre en pratique leurs nouveaux acquis sur la conduite en situation d'urgence.

Le simulateur permet aux formateurs, des policiers de Québec eux-mêmes, de rappeler à leurs collègues les bons rudiments en matière de conduite d'urgence. Le simulateur peut plonger le policier dans plus de 150 scénarios différents d'intervention, que ce soit en matière de densité de circulation ou de conditions climatiques.

«Un de nos buts principaux avec toute cette formation, c'est d'uniformiser nos pratiques. On donne des commandes et des consignes claires à nos policiers, explique M. Dallaire. On leur dit : "La patinoire est là, on ne veut pas que vous sortiez de la patinoire."»

Un des formateurs policiers, Dominic Petit, affirme que le simulateur est un très bon outil, mais qu'il ne pourrait jamais reproduire intégralement la conduite d'une vraie automobile. Le simulateur ne peut pas recréer la force centrifuge, notamment.

«Le simulateur, c'est plus pour voir la prise de décision des policiers», explique celui qui est policier depuis 16 ans. «Sur une grosse intersection, on va remarquer comment les policiers vont la franchir. Ce n'est pas un appareil pour apprendre à conduire. T'apprendras pas à contrôler un dérapage avec un simulateur.»

Le directeur Dallaire a remarqué que les programmes de formation ont déjà porté fruit à Québec, car le nombre d'accidents impliquant des autopatrouilles ainsi que des camions des cols bleus et des pompiers aurait chuté de 40 % entre le milieu de la dernière décennie et l'année 2012.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer