Complot pour meurtre dans une école: décision sur remise en liberté mardi

L'école secondaire Le Sommet, à Charlesbourg... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'école secondaire Le Sommet, à Charlesbourg

Le Soleil, Yan Doublet

Partager

Dominique Hardy

(Québec) Les trois adolescents accusés de complot pour meurtre contre les élèves et le personnel de l'école secondaire Le Sommet dans l'arrondissement Charlesbourg sauront mardi si la juge Judith Landry de la Chambre de la jeunesse accepte de les remettre en liberté provisoire en attendant la suite des procédures.

La salle de la Chambre de la jeunesse, où se déroulait l'enquête sur remise en liberté, était bondée lundi après-midi au palais de justice de Québec. Plusieurs proches des adolescents accusés étaient présents.

Les trois adolescents, deux jeunes hommes de 14 et 15 ans et une jeune fille de 16 ans, sont demeurés calmes durant cette procédure où leurs parents ont défilé à tour de rôle devant la juge Judith Landry, afin de la convaincre de remettre leur enfant en liberté. Seul un des deux garçons a pleuré durant le témoignage de sa mère. Les jeunes sont détenus en centre jeunesse depuis leur arrestation le 16 janvier.

La juge rendra sa décision mardi après-midi. Elle a trois options : soit les adolescents demeurent détenus en centre jeunesse, ou bien ils seront confiés à leurs parents ou encore à une tierce personne qui devra les surveiller.

L'enquête caution est frappée d'une ordonnance de non-publication. Aucun des faits reliés à la cause, qu'a énumérés le procureur de la Couronne au dossier, Me Christian Trudel, ne peut être rapporté dans les médias pour le moment. Toutefois, lors de l'arrestation des deux jeunes hommes et de la jeune fille, le directeur de l'établissement, Yves Savard, a déclaré que le trio avait un plan réfléchi pour exécuter des élèves et des membres du personnel de l'école.

Alarmé par des élèves, le directeur avait pris connaissance d'une conversation sur Facebook où un plan, détaillé par le trio, faisait référence à l'utilisation d'armes et même d'une bombe. «C'est sûr que c'est peut-être des paroles en l'air. Mais est-ce que je vais prendre le risque que ça ne le soit pas?» avait signalé le directeur aux médias. Les adolescents ont été arrêtés et leurs casiers ont été fouillés. L'école a aussi été ratissée au grand complet par les policiers.

C'est la première fois que le Service de police de la Ville de Québec traite un dossier de complot pour meurtre impliquant des personnes d'âge mineur sur son territoire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer