Accident d'autocar dans le Bas-Saint-Laurent: le chauffeur, «un héros»

Malgré les blessures qu'il a subies, le chauffeur... (Photo collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Malgré les blessures qu'il a subies, le chauffeur Simon Jobin n'a jamais cessé de s'occuper de ses passagers, selon Yves Laramée, qui prenait place à bord de l'autocar.

Photo collaboration spéciale Johanne Fournier

Partager

(Québec) Les 19 passagers de l'autocar heurté par un camion-remorque à Grosses-Roches, dans le Bas-Saint-Laurent, vendredi s'en sont sortis presque indemnes en raison de leur chauffeur, le seul vrai blessé. Retour sur le comportement héroïque de l'homme derrière le volant, sans qui les passagers auraient pu connaître un sort plus triste.

«Le chauffeur a été un héros», lance sans détour Yves Laramée, un des passagers de l'autocar.

La collision est survenue vers 15h vendredi entre un autocar et un camion semi-remorque sur la route 132, à 30 km à l'est de Matane. Le vent et la poudrerie ont généré des conditions de route exécrables, et le camion semi-remorque a dévié bien malgré lui de sa trajectoire.

Le bilan? Un blessé grave - le chauffeur - et 19 passagers sans blessures, hormis quelques coupures en raison des éclats de verre. Mais le bilan aurait pu être tout autre, estime l'animateur de l'émission Le retour au 102,9 FM.

L'impact a en effet été très violent. «Nous, ce qu'on a en souvenir, c'est le cri de peur du chauffeur. Qui a dit : "Ah non!" Et puis là, bang! Et on a vu tout de suite le pare-brise de l'autobus qui n'était plus là. Moi, j'étais sûr que le chauffeur n'était plus là.»

Le chauffeur, Simon Jobin, 50 ans, a encaissé le choc à lui seul. Sa jambe a été écrasée par le volant et la colonne de direction.

Pendant ce temps, les passagers ont pris conscience de là où ils se trouvaient. Soit au beau milieu d'une côte... à quelques mètres seulement d'un ravin. «C'était à donner froid dans le dos», se souvient le passager.

Simon Jobin a toutefois tenu bon, la jambe coincée contre le volant. «Moi, ma peur, après l'impact, c'était : est-ce qu'on va partir en 360 degrés ou en tonneaux. Mais le chauffeur a été assez solide pour garder le véhicule droit. Après l'impact, le véhicule est resté directement dans sa voie», relate Yves Laramée.

Dans les secondes suivant le grand fracas, le chauffeur n'a jamais cessé de s'occuper de ses passagers. «Ce qui était impressionnant avec lui, c'est que dès l'impact, ce qui nous a rassurés, c'était de l'entendre parler. Et la première chose qu'il nous a demandée, c'est : "Est-ce que tout le monde est correct?"» souligne M. Laramée. «Les pompiers ont dû scier le volant pour le sortir, mais il nous répétait aux 15 minutes : "Est-ce que tout le monde est correct?"»

Depuis l'accident, Simon Jobin a été pris en charge par le centre hospitalier de Rimouski. Il a dû être opéré à la jambe et il ne pourra plus marcher convenablement et conduire pour les trois prochains mois.

Passagers reconnaissants

Tous les passagers de l'autocar lui ont envoyé une carte pour le remercier de son comportement sans faille et lui souhaiter un prompt rétablissement. «On a été tellement chanceux, ça n'a pas de bon sens!» insiste M. Laramée. «J'étais sûr... Les gens qui ont vu le dix-roues s'en venir, ils ont vu la mort de proche.»

Originaire de l'Outaouais et résidant de Québec, Simon Jobin est conducteur depuis cinq ans avec Les Tours du Vieux-Québec. «C'est un chauffeur très apprécié», a indiqué samedi au Soleil le propriétaire de l'entreprise, Georges Saint-Cyr. «C'est un gars très professionnel. La première chose qu'il a faite après l'accident, c'est de nous appeler. Et il a aussi de belles qualités humaines, et je pense que les passagers ont pu le voir.»

Rien ne semble indiquer pour l'instant que le héros derrière le volant conservera des séquelles de cette collision en pleine tempête. «On lui a parlé, il a passé une bonne nuit. Il a la jambe cassée, mais il se dit prêt à recommencer à conduire!»

Un accident de trop

Les passagers de l'autocar accidenté vendredi dans le Bas-Saint-Laurent ont eu la peur de leur vie... deux fois plutôt qu'une.

Quelques minutes à peine après la collision, des passagers se trouvaient sur le bord de la route 132. Ils attendaient les secours ambulanciers. Des véhicules de passage se sont aussi arrêtés sur les lieux de l'accident pour venir en aide aux blessés.

Arrive alors l'ambulance à pleine vitesse... suivie de près par un autre véhicule, qui, lui, n'avait rien à voir avec les premiers secours. «Il y a une ambulance qui venait de l'est, qui descendait la côte, et un véhicule la suivait», raconte Yves Laramée, un des passagers de l'autocar. «Mais il la suivait et ne voyait pas qu'il y avait un accident plus loin! Le véhicule faisait comme bien du monde, il suivait une ambulance et il roulait vite...»

L'ambulance a bien sûr freiné pour aider les victimes. Mais pas le véhicule derrière elle. «À la dernière seconde, il a mis les freins et il a glissé à cinq pieds de moi! s'offusque Yves Laramée. Et il a frappé un gars qui était venu nous donner un coup de main, dont la femme était venue s'occuper du chauffeur en attendant les ambulanciers!»

Le piéton blessé par ce véhicule fautif n'a pas subi de blessures sérieuses. Mais les passagers de l'autocar se seraient bien passés d'un tel conducteur dangereux. «Vous voyez le genre de portrait! Lui, il arrive de nulle part, il fauche un bon Samaritain, Celui-là, on l'a trouvé de trop! On en avait assez vécu.»

La Sûreté du Québec n'était pas en mesure de dire samedi le sort réservé à ce conducteur. La force policière ne savait pas s'il était demeuré sur les lieux ou encore s'il avait été questionné sur sa conduite jugée dangereuse par les passagers de l'autocar.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer