RTC: les agressions en forte baisse

La police de Québec recherche toujours un trio,... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

La police de Québec recherche toujours un trio, deux hommes et une femme, en lien avec une agression sur un chauffeur survenue lundi vers 19h30 au terminus du Zoo dans le secteur Charlesbourg. L'un des individus est recherché pour menaces de mort, voies de fait et méfait. Il a frappé le chauffeur et craché sur lui avant d'endommager le véhicule.

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partager

Sur le même thème

(Québec) La grave agression sur un chauffeur du Réseau de transport de la Capitale (RTC), lundi soir, témoigne des risques auxquels ils s'exposent. Heureusement, le nombre d'agressions physiques et verbales tend à diminuer depuis 2008.

Agressions sur les chauffeurs du RTC... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Agressions sur les chauffeurs du RTC

Infographie Le Soleil

La police de Québec recherche toujours un trio, deux hommes et une femme, en lien avec une agression sur un chauffeur survenue lundi vers 19h30 au terminus du Zoo dans le secteur Charlesbourg. L'un des individus est recherché pour menaces de mort, voies de fait et méfait. Il a frappé le chauffeur et craché sur lui avant d'endommager le véhicule.

La porte-parole du RTC, Carole Brousseau, reconnaît la gravité de l'agression. Cependant, elle se réjouit que ce genre d'événement soit moins fréquent que par le passé.

En effet, il y avait en 2008 l'équivalent d'une agression par trois jours. Ici, il faut savoir que le RTC compile les agressions physiques et verbales. L'année du 400e de Québec, il y a eu 113 agressions, dont 13 physiques.

Depuis, le total n'a cessé de diminuer pour atteindre 39 en 2011. La dernière année fait figure d'exception avec une légère hausse à 45 agressions physiques et verbales.

L'effet de la carte OPUS

«Une des raisons de la baisse des agressions - du moins verbales - est sûrement l'arrivée de la carte OPUS. Avant, il y avait beaucoup de conflits avec les chauffeurs au sujet du paiement, à savoir si la carte était valable ou pas», explique la porte-parole.

À la fin 2008, le RTC prenait aussi la décision d'installer des caméras dans des autobus. «C'est sûr que c'est un moyen dissuasif», précise Mme Brousseau. Toutefois, elle ne pouvait dire si une caméra était dans celle où s'est déroulée l'agression de lundi.

«Nos chauffeurs sont formés pour réagir dans des situations particulières, poursuit-elle. On leur dit de ne jamais se mettre en situation de danger. Il faut toujours appeler le contrôle.» Les chauffeurs disposent aussi d'un bouton panique en cas d'agression grave.

Lundi, le chauffeur s'est fait agresser lorsqu'il a demandé aux individus de sortir de l'autobus à la suite d'une altercation. «Chaque fois que ça arrive, le chauffeur est immédiatement relevé de ses fonctions. Son superviseur est avisé et il y a un programme d'aide au besoin parce que ça peut causer un stress.»

Le RTC compte 47 millions de passages par année.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer