Bilan routier annuel: 100 morts de moins au Québec

À moins d'une hécatombe en novembre et décembre,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

À moins d'une hécatombe en novembre et décembre, le bilan routier de 2012 pourrait être le meilleur jamais enregistré par la SAAQ.

Photothèque Le Soleil

Partager

(Québec) Il y a eu près de 100 décès de moins sur les routes de janvier à octobre 2012, en comparaison avec la moyenne des cinq dernières années pour la même période. Malgré cette baisse «significative», on peut encore espérer mieux, soutient le président de la Table québécoise de la sécurité routière, Jean-Marie De Koninck.

Le plus récent bilan partiel de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) enregistre 353 décès pendant les dix premiers mois de l'année. L'an passé, à pareille date, il y en avait 386. Il s'agit d'une baisse annuelle de 8,5%.

Plus intéressante encore est la diminution de 21,2%, 95 victimes en moins, en date du 31 octobre, par rapport à la moyenne de 448 morts pour 2007 à 2011. Une donnée qui marque une tendance ferme à la baisse plutôt qu'une simple fluctuation annuelle, parfois attribuable à des facteurs ponctuels.

«Depuis cinq ans, la diminution se maintient. Donc, ça ne peut être le seul effet du hasard, explique M. De Koninck. Quelque chose se passe, c'est certain. Je crois que cette baisse du nombre de décès est principalement due au changement de comportement des usagers de la route en général. Les mentalités sont changées, et c'est pour le mieux.»

Il donne en exemple la diminution marquée de la vitesse moyenne pratiquée sur les routes, qui se manifeste par une baisse des grands excès de vitesse.

«Alors qu'il y a dix ans, on pouvait se justifier de rouler vite supposément parce qu'on se disait bon conducteur ou parce qu'on avait une bonne voiture, aujourd'hui ces arguments ne tiennent plus face aux autres usagers de la route. On entend souvent les gens qualifier ceux qui roulent trop vite de "dangers publics" au même titre que ceux qui roulent avec les facultés affaiblies. Cela aurait été impensable il y a 10 ou 15 ans», illustre-t-il.

Vers une baisse record

À moins qu'il y ait eu une hécatombe sur les routes en novembre et décembre, le bilan de fin d'année pourrait être le meilleur jamais enregistré par la SAAQ. Si le nombre de décès pour ces deux mois égalait celui de l'an passé, 2012 se terminerait quand même avec une baisse d'environ 7% du nombre de décès.

La période des Fêtes semble bien amorcée, alors que la Sûreté du Québec ne compte que trois décès depuis le vendredi 21 décembre. L'an passé, il y a eu 18 décès, et la moitié moins en 2010.

«On peut encore espérer des baisses, renchérit M. De Koninck. Par exemple, parce que le bilan des jeunes s'améliore beaucoup (175 décès en 2006; 99 décès en 2011): or, ces jeunes sont nos conducteurs de demain.»

De 9,6 décès par 100 000 habitants en 2006, le Québec est passé en 2011 à 6 par 100 000 habitants. En Ontario, ce ratio est de 4,1, tandis qu'il est autour de 3,5 dans les pays scandinaves. La Suède est un exemple, avec 2,8 décès par 100 000 habitants.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer