Des permis pour lutter contre les usines à chiots

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec a l'intention d'obliger les propriétaires de plus de 15 animaux à obtenir un nouveau permis pour mieux contrôler les élevages clandestins.

Photothèque Le Soleil

Partager

(Québec) Québec franchit une nouvelle étape dans la lutte aux usines à chiots: les propriétaires de chenil seront bientôt forcés d'obtenir un permis, sans quoi ils pourront se faire retirer leurs bêtes.

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) annonce son intention d'obliger les propriétaires de plus de 15 animaux à obtenir un nouveau permis pour mieux contrôler les élevages clandestins. En 2011, le MAPAQ a mis en place le Règlement sur la sécurité et le bien-être des chats et des chiens, qui fixe notamment les conditions de garde acceptables. Ce règlement vise à contrer les usines à chiots et à améliorer la vie des animaux gardés dans les refuges, les élevages ou les fourrières.

En juin dernier, les amendes prévues pour les contrevenants ont aussi «augmenté sensiblement», rappelle Guy Auclair, directeur de la santé animale au MAPAQ. Une première infraction coûte de 600 $ à 12 000 $, alors qu'elle impliquait de 400 $ à 1200 $ d'amende dans les premiers mois du règlement. Un récidiviste peut quant à lui se mériter jusqu'à 36 000 $ d'amende.

La délivrance de permis aux gens qui hébergent des chiens ou des chats constitue un «outil supplémentaire» dans le resserrement des règles du MAPAQ, qui s'opère depuis presque deux ans.

«On a un pouvoir de plus en émettant des permis. S'ils ne veulent pas se conformer, on peut retirer le permis et à ce moment-là, on peut leur interdire d'avoir des animaux», résume Guy Auclair.

Encore des inspections

Celui-ci précise que les permis ne signifient pas la fin des inspections. Une quarantaine d'inspecteurs continuera à visiter les élevages aux quatre coins du Québec.

«Mais ça n'empêche pas les clandestins d'être toujours clandestins. C'est pareil dans le secteur alimentaire, il peut s'ouvrir un restaurant, on ne le sait pas, on n'est pas à tous les coins de rues», nuance M. Auclair.

L'ajout des permis au règlement permettra également d'avoir un portrait plus complet des établissements qui pratiquent l'euthanasie.

«Ceux qui veulent vraiment faire du commerce correct, ils vont se prémunir du permis. Et nous, on va avoir une meilleure connaissance du type d'établissement. Est-ce qu'ils font de l'euthanasie? Est-ce que c'est fait avec un vétérinaire? Est-ce que c'est fait correctement?» expose le porte-parole du MAPAQ.

Dans la dernière année, plus de 1000 chiens et chats ont été retirés de «conditions inacceptables», indique Guy Auclair. Le nombre de plaintes a légèrement augmenté de 2011 à 2012, passant de 773 à un peu plus de 800.

Ayant été publiée dans la plus récente Gazette officielle du Québec, la nouvelle version du Règlement sur la sécurité et le bien-être des chats et des chiens est soumise aux commentaires du public jusqu'au 10 février. Le règlement sera revu si nécessaire pour être ensuite adopté. À ce moment, les entreprises qui hébergent des chiens et des chats auront quatre mois pour obtenir leur permis.

Les propriétaires de 15 à 49 animaux devront débourser 100 $ par année. La note sera de 225 $ pour ceux qui possèdent plus de 50 chiens ou chats.

Le permis ne sera toutefois pas obligatoire pour les «rares» personnes qui ont plus de 15 animaux dans leur résidence. «Ce ne sont pas les individus comme tels qui sont visés», conclut M. Auclair.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer